Accueil / Actualité / Raffour Interactif scrute la planète Voyage

Raffour Interactif scrute la planète Voyage

Pour la onzième année de rang, Guy Raffour et ses observateurs ont passé en revue les habitudes touristiques des Français dans leur Baromètre AGV.

Les professionnels du secteur apprendront que 55% des Français « éprouvent un besoin vital de partir en vacances. »  Et les deux-tiers d’entre nous constituent d’ailleurs un budget spécial vacances. Ce besoin impérieux d’évasion se traduit par une exigence absolue d’informations. 77% des Français scrutent attentivement Internet en quête d’informations éminemment pratiques pour former leur choix : disponibilités, prix, accès, horaires, formules, activités, ce qui est prévu / non, sites à visiter, animations, météo, commerces, loisirs etc.

Les touristes tiennent volontiers compte de l’opinion de leurs compatriotes. 53% des Français partis ont utilisé leur smartphone ou tablette pour préparer ou réserver leurs séjours de loisir, soit une hausse inédite de 14 points entre 2015 et 2016.

Selon Guy Raffour « l’Internet mobile les accompagne via des services et des applications géolocalisées, en temps réel, selon leurs besoins et profils. Les contenus mobiles changent leur façon de vivre les séjours : ils organisent davantage sur place les activités et y consacrent un budget spécifique. Les prestataires bénéficient ainsi de nouvelles opportunités de vente dans tous les segments directement liés au tourisme mais aussi aux services locaux et ce de façon continue. » 

A noter que 45% des agences de voyages ne voient pas Internet comme un ennemi mais comme un avantage : les gens savent ce qu’ils veulent quand ils passent la porte d’une agence de tourisme, et un professionnel peut servir davantage de clients. 11% des agents de voyages seulement affirment que le Web pénalise leur activité.  Malgré tout, les professionnels ne sont pas naïfs. Les ventes en ligne tirent les prix vers le bas.

EC-2-

 

Enregistrer

A voir

keyboa-380

Le marché des PC prend une nouvelle claque

Le pire est que les opérations de promotion habituelles à cette époque de l’année, comme la rentrée des classes n’ont eu aucune influence sur le commerce.