Accueil / Actualité / Les clients le disent, « Eviter d’aller dans les magasins ». Dur…!

Les clients le disent, « Eviter d’aller dans les magasins ». Dur…!

C’est d’une simple phrase le cœur d’un défi, pour ne pas dire « DU » défi, de la distribution physique ainsi résumé. Certains consommateurs en ont marre des rayons, d’autres les adorent…

DVSM, Juin 2018. Il y a les adeptes, voire addicts au shopping. L’exploration des galeries marchandes ne leur fait pas peur, bien au contraire. Il se traduit même pour eux par un intense plaisir. Et n’allez pas croire que cette spécificité ne touche que les consommatrices à l’éternelle recherche du vêtement ou des chaussures capables de faire tilt dans leur démarche. Des messieurs, adeptes de bricolage, d’automobile, de pêche, de jeux vidéo, de modélisme, de photo, de lecture, et même pour certains de mode, etc. sont aussi, à leur manière, capables de parcourir rayons et linéaires sans jamais se lasser.

Mais il y a les autres. Ceux et celles qui ne voient dans l’approvisionnement qu’une contrainte, voire une épreuve. « C’est un moyen d’éviter d’aller dans les magasins » explique dans un reportage TV une cliente interrogée à propos de l’accord entre Carrefour et Amazon. Se rendre dans un établissement, régulièrement, c’est aussi assimiler l’approvisionnement aux tâches les plus austères de la tenue du foyer. Tout ce qui rend désagréable ce mal nécessaire de la vie quotidienne pèse négativement sur l’image du commerce.

Oui, mais,  « On ne peut quand même pas acheter certains produits sans les voir » rétorque une autre personne, deux affirmations qui d’une manière aussi simple que synthétique résument ce qui se situe au cœur des attitudes envers les deux modes de distribution.

Plus que sa quête éternelle de compétitivité, la distribution physique devrait au plus vite gommer tout ce qui exaspère sa clientèle.

Il n’en est pas moins vrai que le commerce physique, dans son ensemble, a plus que tardé à prendre conscience du poids destructeur de ses points faibles, tels que les attentes aux caisses, les produits que l’on ne trouve pas, l’accès et le stationnement en plein vent et copieusement arrosés les jours de pluie… Seulement trois points parmi d’autres, que le commerce en ligne estompe largement. Il est bien tard pour réagir, un handicap s’est installé.

Source DVSM

A voir

N’existerait-il pas une certaine France de la flemme…?

D'éminents responsables politiques osent dire des choses qui fâchent...