Accueil / Actualité / Pierres qui roulent, coup d’arrêt, coup de cœur et grosse frayeur….

Pierres qui roulent, coup d’arrêt, coup de cœur et grosse frayeur….

On oublie souvent, au cœur des métiers de l’EGP et du numérique, ce que représentent les « contenus ». Un petit rappel, comme le report soudain de la tournée des Rolling Stones, replace ce détail au centre des réalités.

 DVSM, 7 avril 2019. « Satisfac-cheunnn », satisfaction… Sorti du bloc, sorti d’affaire… Mick Jagger a un instant fait passer un sacré frisson dans le dos de millions de fans du désormais plus ancien et plus emblématique des groupes de rock’n’roll britanniques. Lequel est déjà, pour les jeunes générations, une sorte de vestige d’un passé si lointain qu’il devient fort flou. Pas pour tous cependant, loin de là. Il suffit d’observer les visages des spectateurs qui assistent aux concerts du groupe. Les « Stones » ont amorcé leur carrière à l’époque de l’électrophone et notamment du Teppaz. La vitesse à laquelle l’annonce du récent report de la tournée de concerts a fait le tour des médias de l’ensemble de la planète tout entière a été vertigineuse. A côté du passé, le présent est bien intact. De quoi évaluer, si besoin en était et du fond des linéaires, qui est le véritable maître des événements. Un progrès technique ou une chanson…? Un nouveau standard ou un récital… Un poids de fichier, sa vitesse de transmission, ou la disparition d’un artiste…?

Car, il ne faut pas s’y tromper, c’est de cette issue tôt ou tard inéluctable, puisque personne n’est immortel, qu’il a été question un instant à travers le frisson de ces derniers jours. De plus, au-delà de ces moments pleins d’émotion, cette vivacité des contenus réveille aussi le segment (commercial, il faut bien le dire) des souvenirs, des rétrospectives, des ventes dites commémoratives. Les célébrations se font toujours en grandes pompes, funèbres s’il le faut. La récente disparition de Johnny Hallyday suffit à remettre en lumière cette réalité, qui en nourrit une autre. Le succès du vinyle n’est pas que celui des sons analogiques moins secs et tranchants –selon certains audiophiles- que celui des musiques numériques même en très haute résolution. Ce sont aussi les collections, les discothèques, qui revivent dans de telles circonstances. Le coup de cœur est aussi indissociable de la volonté d’éviter toute perte de mémoire. Serait-elle conservée sur d’antiques et très imparfaits supports…

Source DVSM

A voir

Parkings, quand les centres commerciaux virent au casse-tête au sens « large »…

La mise à niveau des installations destinées à recevoir les clients traîne....