Accueil / Actualité / Berlin ou la Californie…? Où porter le regard le 10 septembre…?

Berlin ou la Californie…? Où porter le regard le 10 septembre…?

Le quadrimestre le plus actif est là et, déjà, les pré-annonces des prochaines… annonces se glissent dans l’actualité. Mais entre routine et rituels, les motivations ne vont-elles pas se perdre dans cette répétition d’une monotone banalité…?

DVSM, 3 septembre 2019.  Médiatiquement, l’inconvénient du big-bang est qu’il ne dure pas toujours. Durant plusieurs décennies, celui de l’électronique grand public avait su, années après années, multiplier les nécessaires recours aux superlatifs. Mais depuis qu’un certain niveau a été atteint, globalement excellent, l’attente d’une suite à l’enchantement permanent semble être devenue vaine. Des écrans TV plus plats que plats, des images plus belles que belles, des connexions plus rapides que rapides, tout cela n’a plus le même impact. C’est un peu comme l’homme sur la lune, avant, c’est étourdissant, mais après, pardon pour une formule un peu trop familière, « tout le monde s’en fout…! »

A Berlin, l’organisateur de l’IFA ne cesse de se féliciter à l’avance d’une exposition qui va réunir toutes les innovations tatati tatata… Cet événement qui veut tourner autour de tout ne tourne-t-il pas désormais autour de rien ou presque…? Quelques groupes mondiaux, toujours les mêmes, vont redoubler de leurs développements technologiques extrêmes. Lesquels n’apporteront pas forcément des perspectives bouleversantes en termes d’usages. D’autant que bien des innovations supposées majeures des années passées ont viré au flop. Pour Berlin, c’est désormais la stratégie de l’autobus. L’important n’est plus de savoir pourquoi les passagers de déplacent, mais de seulement s’assurer que les places libres soient inexistantes. Peu importe qui expose, il faut et il suffit d’occuper les surfaces.

Le 10, arrive le 11. Devenu virtuose en matière de communication, le roi du smartphone n’est pas davantage sur une trajectoire propre à évoquer le révolutionnaire. Néanmoins,  Apple, « seul » dans son théâtre Steve Jobs, n’aura probablement aucune peine à autant vibrer médiatiquement sur toute la planète que tous les berlinois de quelques jours réunis. Dans les régions de cette planète (asiatiques) où se construisent les smartphones du californien, l’ambiance est quasi morose. A la vue des modestes commandes, les sous-traitants redoutent encore pire pour la période qui suivra celle des fêtes, « day one » et cadeaux. Qui plus est, l’euphorie autour de la 5G passe par une phase plutôt dépressive.

Outre-Atlantique, ses débuts d’exploitation pas totalement sereins encouragent les interrogations. Cupertino n’en est même pas à se réjouir des turbulences rencontrées par le « camp d’en face », celui d’Android. Sous les contraintes étatiques et les barrières anti-Huawei, l’univers des softs se craquelle, alors que les appétits des consommateurs pour le renouvellement s’émousse.

Signe révélateur, Apple devrait commencer à se pencher sur le créneau de l’occasion, non pour s’y imposer, mais pour empêcher que du techniquement passable s’implante dans des boîtiers ornés de la pomme croquée. Et peut-être aussi recueillir une petite recette provenant de la vente de composants « d’origine ». En termes de CA, l’adjectif « petit » n’a aucun sens.

Source DVSM

A voir

Advance Paris Amplificateur X- i1000

L'amplificateur X-i1000 est conçu et développé en France par la société Advance Paris....