Accueil / Actualité / SUV, les salopards vont payer…! Chronique d’un acharnement né de l’ignorance…

SUV, les salopards vont payer…! Chronique d’un acharnement né de l’ignorance…

Les décisionnaires n’y connaissent rien à l’automobile, mais alors rien du tout. En revanche, ils savent entendre et abonder dans le sens des jaloux les plus sévèrement non connaisseurs. Quitte à faire un pied de nez au bon sens…

 DVSM, 20 novembre 2019. Quelle différence y-a-t-il entre un SUV et une auto « ordinaire », ou « normale », dans un sens quasi présidentiel et un tantinet usé…? Aucune, si ce n’est la forme de la carrosserie, laquelle traduit pour de nombreux utilisateurs l’envie ou le besoin de disposer d’un volume correct, et pas seulement celui d’un petit véhicule dit « urbain ». Durant une vingtaine d’années, ce rôle a été assumé par les monospaces, que le public avait trouvés plus commodes que les moyennes ou grandes berlines. Oui, mais voilà, il est clair qu’une certaine population, à tendance écolo à gogo, est agacée par la simple vue de ce genre d’automobiles. D’où vient donc cette hostilité épidermique non étayée par le moindre argument technique…?

Oublions les 4×4 de luxe qui jadis, Range Rover ou mastodontes américains, sillonnaient davantage les avenues des quartiers chics que les pistes ensablées de quelques déserts. Il semble que l’agacement est surtout né quand la Porsche Cayenne, réponse allemande aux modèles déjà cités, est apparue sous une ligne tarifaire extrême. Mais à travers cette réaction, se devine bien plus cette envie proche des troubles obsessionnels de faire payer les riches, idée dont il faut se méfier, car elle vise tôt ou tard à ne laisser que les non riches (les pauvres…,) se retrouver dans la même galère, sans plus aucun quidam capable de s’offrir ce qui se fait de plus luxe ou beau et fait vivre davantage tout le monde que le low-cost.

Outre ces considérations que personne n’est obligé de partager, observons surtout que les SUV d’aujourd’hui, une famille très répandue chez tous les constructeurs, sont au moins deux fois moins gourmands en carburants que les berlines d’il y a 15 ou 20 ans (le temps industriel dans l’automobile repose sur de longues périodes). Mieux, ils sont plus que deux fois moins polluants, car outre les progrès dans les rendements des moteurs thermiques, ils ont aussi très sensiblement reculé dans les rejets de gaz et particules aux effets nocifs. Ce malgré un poids qui a augmenté, non pour le luxe, mais pour la sécurité.

Ah! Oui, et les effets de mode…? N’est-ce pas plus « chic » d’arriver dans son quartier au volant d’une auto tendance que d’un modèle austère…? Certes, on peut contester la mode, pour l’auto comme pour le reste. Alors, pour endiguer les velléités pré-électorales des partis teintés verdâtre, revêtons nos costumes de bure, nos bottes en caoutchouc recyclé, jetons à la benne cravates, colliers et boucles d’oreilles, et circulons dans des néo-Trabant électriques sans clim, sans cuir ni chrome. Que du bonheur…!

Source DVSM

A voir

Europe 1, la radio jadis ultra-leader victime logique d’une longue évolution…

Rien ne semble pouvoir stopper le lent recul de celle qui fut et de loin la première station de radio de l'Hexagone.