Accueil / Actualité / Communication, discrimination, élucubrations, repentirs… Attention aux dérives hâtives.

Communication, discrimination, élucubrations, repentirs… Attention aux dérives hâtives.

On ne riz plus ! Après « Autant en emporte le vent », c’est au tour de l’Oncle Ben’s de se retrouver en porte à faux dans ce moment étrange, de l’écran aux linéaires. Et que penser de ce petit noir vite dégusté au comptoir, non mais franchement…?

DVSM, 21 juin 2020. Scoop : à Paris, il va peut-être falloir rebaptiser le boulevard Richard Lenoir et, dit-on, un collège de sages (à certaines heures) plancherait sur l’abandon de l’expression « l’or noir« . Une démarche qui pourrait cependant se heurter à un délicat dilemme à propos de la « houille blanche« . Houille, pas trouille, la peur ayant été avec une grande prudence associée au bleu. Heureusement, aucune fraction du genre humain n’a la peau bleue, ce qu’avait oser déplorer un triste promoteur d’une extermination, hélas, très réellement et honteusement raciste. Chacun l’aura compris, les dernières crêtes d’humeur en date ont peut-être fait passer le domaine de la com et du marketing (ainsi que celui des propos à tout propos) dans une sorte de delirium très épais qui conduit à une confusion déplorable entre des signes bien anodins et des comportements de sauvages. Il va donc désormais falloir faire attention à tout ce qui peut être dit, écrit, illustré. Ne tomber ni dans le (possible) sexisme, ni dans le (sous-entendable) racisme, ni dans la (très hypothétique) xénophobie. Et surtout pas dans une évocation d’un passé commun à l’ensemble du genre humain, hélas, mais vous y étiez ? Moi non plus.

Heureusement, le vulgaire, le malpoli, l’ordurier, ça passe. Quelques « bigarreries » récentes l’ont démontré, c’est vrai, quoi, fait chier ! L’extension des interprétations dérivantes possibles est sans doute loin d’avoir atteint ses limités. Sur ces boîtes de conserves qui s’exhibent sur plus d’un linéaire, l’expression haricots verts est à proscrire. C’est à l’évidence une propagande outrageusement déguisée pour un parti écolo qu’il n’est pas question de nommer ici. Et ces pots de peinture affichant sans vergogne « blanc cassé« , ne sont-ils pas la preuve d’une certaine et redoutable ségrégation…? Que dire aussi de ce Cap Gris-Nez, pourquoi pas crochu, au point où nous en sommes…? La solution à ces tourments est pourtant à portée de tous les communicants et créateurs de packagings. D’abord, plus un seul visage, c’est trop compromettant ! Attention même aux chevelures vues de dos. Un ex-élu de Levallois pourrait trouver un peu épaisse l’allusion, par des cheveux éventuellement bouclés, au destin de quelque mépris de justice mis à l’ombre, enfin… bouclé, quoi ! Dans les désignations, adoptez plutôt des paraphrases. À « crayons de couleur », effectivement osé, mieux vaut évoquer des « crayons à nuances colorimétriques ». Bon, la nuit tombe, on ne peut plus écrire, il va faire noir… Oh, pardon…! Y.D.

Source DVSM

A voir

AUTONOMY, le salon international des solutions de mobilité durable se tiendra les 4 & 5 novembre prochains, en format 100% digital

Le plus grand salon international des solutions de mobilité durable pour les professionnels...