Accueil / Actualité / 5G, accélérer ou ralentir. C’est désormais « LA » question présente chez les opérateurs.

5G, accélérer ou ralentir. C’est désormais « LA » question présente chez les opérateurs.

Faut-il accélérer, maintenir dans les plannings prévus, ou se donner le temps, dans l’adoption de la 5G, standard capable de changer bien plus de choses que le débit et le temps de téléchargement.

 DVSM, 23 juin 2020. Petite question piège, pour fin de dîners entre amis : les signaux de la 5G iront-ils plus vite que ceux de la 4G…? Et faut-il passer la cinquième plus vite, comme la Chine ou la Corée…? A votre avis…? Réponse un peu plus loin. En revanche, pas de doute, la nouvelle norme devrait changer bien plus de choses, et en particulier surtout en amont de ce qui se produit chez le consommateur. Pour les opérateurs, en France mais aussi hors frontières, il est urgent de bien réfléchir à propos d’un mode de transmission qui devrait être à peu près équivalent, dans la pratique, à celui de la fibre.

La crise du virus qui a plongé les économies dans un état de délabrement historique a en quelques semaines fait apparaître une interrogation s’ajoutant à toutes les autres. Est-ce bien me moment de s’engager dans une phase de dépenses colossales, non seulement avec les droits demandés par les Etats, mais avec la laborieuse mise à niveau sur plusieurs années de tout un réseau d’émetteurs (et récepteurs), en clair, de tout ce qui s’anime au sommet de ces pylônes qui règnent sur les cellules ? Ce standard qui devrait être à peu près équivalent en performances à un réseau de fibre pourrait à terme remettre en question ni plus ni moins le concept de la box. Donc, pour les opérateurs, un parc matériel à changer, mais avec en filigrane l’autre question : les utilisateurs ne vont-ils pas aller chercher directement la TV et les contenus via un smartphone ou un équipement équivalent ? Et alors, plus de box, serait-ce déjà la petite mort du triple play tel que connu jusqu’à ce matin…?

Rigolant dans sa barbe, Elon Musk observe d’un œil ce spectacle d’un monde tiraillé entre ceux qui voudraient aller vite et arrimer une assise terrestre, quand j’y serai, j’y resterai, et ceux qui (un peu comme Martin Bouygues) espéreraient pouvoir souffler un instant, pour la trésorerie d’une part, et pour voir « comment ça bouge ». Le patron de SpaceX, en effet, sans que presque (enfin, presque… presque) personne n’y prête trop attention, envoie ses satellites dans leur révolutions tout à fait révolutionnaires. Une quarantaine un jour, une cinquantaine un peu plus tard. Une stratégie permettant de voir les choses de haut, en se disant que, inéluctablement, les instruments célestes mettront tout le monde d’accord. Voilà quelques questions (il en existe bien d’autres) aptes à plonger le monde opérant en télécoms dans de fiévreuses expectatives.

Ah, au fait, quand aux signaux de la 5G, ils se véhiculent à la vitesse de la lumière, des ondes radio, et autres limites physiques de notre univers, qui ne sont pas à la veille de changer, et donc comme ceux de la 4G, et même ceux du téléphone de Graham Bell, au siècle n° 19. Même certain Albert, qui soulignait qu’en ce bas monde, tout est relatif, vous l’aurait confirmé. Au-delà, le temps se déforme, ce qui n’a rien à voir avec un très hypothétique changement climatique. Et pour la cinquième, c’est vous (les opérateurs) qui voyez…

Source DVSM

A voir

6 mois après le début du Covid, des intervenants TV restent dans l’ombre

Faut-il voir dans ce symptôme inconfortable la révélation d'une absence désespérante de culture de l'image...?