Accueil / Actualité / 5G, boules de cristal, optimismes trop hâtifs ou déjà réalistes ?

5G, boules de cristal, optimismes trop hâtifs ou déjà réalistes ?

Il est toujours difficile de prévoir à quelle vitesse va se propager ce qui est annoncé comme une révolution.

 DVSM, 6 avril 2019. La 5G prend désormais son envol, pas à pas, outre-Atlantique. A n’en pas douter, cette connexion généreuse et rapide ne va pas manquer d’avoir un ou des impacts intenses dans de nombreux domaines. Un beau défi pour les analystes et prévisionnistes, sollicités par l’industrie, les opérateurs, les diffuseurs, le commerce, etc. Pour eux, les questions fusent. Que va-t-il se passer, quand, comment, dans quelles proportions, pour quelles recettes…?  Pour la seule activité que constitue la distribution, la société Gartner se risque dans au moins une annonce. Selon ses études, dès 2020, plus de 100 millions de clients devraient faire des achats dans des environnements commerciaux utilisant la réalité virtuelle, technique que, justement, la 5G rend commode à exploiter.

L’argument retenu à la base de cette perspective reste pourtant rattaché à une notion fort classique, la possibilité de voir les produits d’une manière plus réaliste. Que sur les écrans du Net, et en particulier du e-Commerce, cela ne fait aucun doute. Mais capable de rivaliser avec la réalité… réelle, y compris le toucher, la prise en main, l’odorat (pour acheter un melon ou du cuir, n’est-ce pas essentiel…?) C’est plus douteux.  En outre, le nombre, 100 millions (toute évaluation exprimée en million revêt un caractère imposant, même pour des grains de sable sur la plage), est très théorique.

Ce qui est en revanche plus concret tient dans l’avancement du déploiement de cette 5G. Amorcé dans un certain nombre de villes américaines, il est encore du domaine des projets dans de nombreuses autres régions du monde, dont l’Europe. Par ailleurs, le vécu, désormais connu, de l’avènement des générations nouvelles a permis des enseignements intéressants. Ainsi, les nouveaux réseaux, grâce à leurs capacités d’absorption de flux intenses, ont initialement souvent servis (ce fut le cas en 3G et 4G) à désengorger ce qui coinçait dans les infrastructures existantes, elles-mêmes en actualisations très ralenties, compte tenu de l’avènement de nouveaux modes.* Ensuite, il faut « mettre en musique » l’enchaînement entre la mise à disposition des mobiles (industrie), les couvertures géographiques (opérateurs) et les utilisations (développeurs, applications).

Ultime constat, si les services et usages classiques ont trouvé, dans les passages de générations anciennes à nouvelles, une plus grande souplesse, ce sont surtout les usages nouveaux, inédits, en général totalement imprévus, qui constituent les acquis majeurs de ces transitions techniques. D’accord, la 5G arrive, mais gare aux précipitations… Comme le soulignait un humoriste, les prévisions sont difficiles à établir, surtout quand elles concernent l’avenir.

* Il en va de même pour la connexion ADSL. Actuellement, des utilisateurs s’arrachent les cheveux avec des débits devenus trop justes, là où la fibre arrivera bientôt…

Source DVSM

A voir

Games Stop, de mauvaises nouvelles soulèvent des inquiétudes.

Avec des scores en effilochage, le spécialiste du gaming ne dissimule rien d'une situation non catastrophique...