Accueil / Actualité / A la SNCF, c’est Noël pour les Internautes

A la SNCF, c’est Noël pour les Internautes

Depuis le 15 décembre, les passagers du TGV Paris Lyon peuvent bénéficier de TGV Connect, un véritable WiFi, en plus … gratuit, dans certaines limites, bien sûr. Les passagers de la première classe auront droit à 1 Go de données, alors que les malheureux qui voyagent en seconde se verront plafonner à 500 Mo. La compagnie espère que les hommes (et les femmes) d’affaires seront ainsi tentés d’acheter des billets de première. Avec 1 Go, il possible de recevoir ses mails, et d’y répondre, de consulter ses sites personnels ou professionnels, pendant les deux heures que dure le trajet.

Pour profiter du service, il suffit de se connecter et d’indiquer comme mot de passe les six lettres qui constituent le code de son billet de train.  Le passager accède ainsi à un portail délivrant un certain nombre d’informations comme les horaires des trains, leur vitesse et les services proposés à bord. Il est également possible de réserver un taxi ou un VTC.  La SNCF teste depuis des années un service WiFi embarqué. Après avoir lancé un faux service Internet, l’opérateur avait équipé il y a plusieurs années un TGV entre Reims et Paris. Les liaisons étaient réalisées par satellite.

A vrai dire, le service n’était pas complètement au point, et les clients étaient pénalisés par des ruptures fréquentes. L’Internet est aujourd’hui proposé par Orange qui a équipé la voie ferrée entre Paris et Lyon d’une centaine de relais 3G et 4G. Des antennes installées sur le toit des wagons captent le réseau. L’an prochain, la SNCF étendra ce service sur les lignes TGV desservant Bordeaux, Lille, Marseille, Rennes et Strasbourg. L’investissement s’élève à cent millions d’euros.

tg-380

Enregistrer

Enregistrer

A voir

The Capitol dome is seen at rear as Chinese and U.S. flags are displayed in Washington, Tuesday, Jan. 18, 2011, ahead of the arrival of China's President Hu Jintao for a state visit hosted by President Barack Obama. (AP Photo/Charles Dharapak)

Trump s’en prend au protectionnisme chinois

Toutes les initiatives du président américain ne sont pas à blâmer.