Accueil / Actualité / Agriculture autonome: le tracteur sans conducteur déjà sur la piste des labours…

Agriculture autonome: le tracteur sans conducteur déjà sur la piste des labours…

Les travaux des champs se préparent à se convertir à une inévitable robotisation. La culture numérique creuse son sillon.

 DVSM, 4 juin 2020. Le monde agricole n’a pas fini de se voir confronté à l’inexorable avancée du progrès. Ce dernier mot « progrès », sera d’ailleurs inévitablement et une fois encore commenté et contesté. Priver l’individu d’une tâche jusque-là rémunératrice est selon certains, comme depuis l’apparition du machinisme, une sorte de négation d’un quelconque progrès. Ça se discute, mais pas longtemps. Qui, en effet, accepterait de vivre et travailler selon les conditions usuelles antérieures à quelques grandes étapes de ce qui reste une aide de l’individu dans les tâches nécessaires à son existence…? Il reste que voir des tracteurs se promener seuls dans les champs devrait donner une image fort nouvelle de la campagne.

Pourtant, ce spectacle n’est ni totalement nouveau, ni totalement identifié comme une perspective prochaine, même dans la sphère cultivatrice. Ainsi, il y a déjà plus de deux ans, chacun pouvait lire, dans un journal de la PQR, un reportage révélateur (à consulter ICI…). Signe d’un bouillonnement dans certains esprits. Depuis, de l’eau est passée sous le pont de la technologie. Entre les tondeuses à gazon robotisées, vendues de moins en moins cher dans les jardineries, et les automobiles autonomes dont les expérimentations alimentent chaque jour un peu plus les gazettes, comment imaginer que ce futur ne soit pas en train d’approcher à grands pas…? Et d’ailleurs, d’anecdotes pour journaux locaux, ce tracteur auto-travailleur est désormais passé aux rubriques des grands médias économiques à portée planétaire. N’annoncerait-il pas une révolution, une de plus…?

Tout récemment, Business Week (Bloomberg) jetait un regard plus qu’intéressé, mêlant un peu d’étonnement et un soupçon de prophétie. Le bon vieux tracteur, guidé par GPS, climatisé, hi-res audio pour l’ambiance, faisant du cockpit du laboureur un habitacle comparable dans sa qualité d’accueil à une confortable berline bourgeoise, c’est du dépassé. Si sa trajectoire devient si bien programmée et suivie, les tâches à remplir, labourage, semis, récoltes, ne vont pas tarder à s’inscrire à son menu. Mi-véhicule autonome, mi-drone des champs, mi-robot (oui, cela fait trois « mi », et l’on pourrait en ajouter d’autres), ce tracteur aura certes ses détracteurs, mais rien ne pourra probablement stopper sa course. Qu’un tracteur robot abreuve nos sillons…!

Source DVSM

A voir

Etats Unis, des anticipations d’achats sur fond de crise et de fort risque contagieux…

Les consommateurs américains sont comme les autres, craintifs à l'égard du coronavirus....