Accueil / Actualité / Airbnbface à son destin ?

Airbnbface à son destin ?

L’histoire s’arrêtera-t-elle où elle a commencé ? Les San Franciscains étaient conviés le 3 novembre à réglementer les activités du géant de la location entre particuliers par un référendum local. Il s’agissait de permettre ou d’interdire aux propriétaires de louer leurs biens plus de 75 jours par an qu’ils soient ou non présents sur les lieux. Par 61% des votes, la résolution a été repoussée. Les San Franciscains n’ont pas voulu que des voisins puissent en dénoncer d’autres afin de réclamer des dommages et intérêts. Ce référendum était porté par un collectif couvrant l’éventail quasi complet de la vie associative locale, de la gauche militante, active à San Francisco depuis les années soixante jusqu’aux syndicats d’hôteliers les plus conservateurs, en passant par tous les résidents de la ville excédés par la cherté de l’immobilier.

san-francisco-

A San Francisco, les loyers sont les plus élevés des USA : comptez 4 000 dollars pour un petit deux pièces. La location saisonnière n’est pas seule en cause. Les propriétaires veulent profiter aussi des salaires conséquents des entreprises de high tech. Mais les tenants du référendum mettent en avant la quantité phénoménale d’immeubles réservées à la location saisonnière. En attendant, Airbnb a dû dépenser 8 millions de dollars pour bloquer ce référendum initié dans sa propre ville. Et ce n’est qu’un début : ses adversaires ont promis de revenir dès l’an prochain.

A voir

az-1-

Un nouvel assistant juridique vole au secours des avocats

Deux éditeurs spécialisés des solutions informatiques pour les professions juridiques, s’associent...