Accueil / Actualité / Altice dégaine encore son chéquier

Altice dégaine encore son chéquier

Mais comment font-ils ? Un esprit plus ou moins rationnel a littéralement le tournis devant les sommes hallucinantes investies par Altice, la maison mère de Numéricable dans le rachat d’autres entreprises de télécommunication. Après 13,5 milliards d’euros pour acquérir SFR, 7,4 milliards pour Portugal Telecom, 8,22 milliards d’euros pour Suddenlink Communications aux USA, 325 millions d’euros pour Virgin et des broutilles pour des activités dans la presse, Altice craque 18 milliards de dollars pour avaler CablevisionSystems Corporation,le cinquième câblo-opérateur du marché américain.

_-_

Le tout en moins de trois ans. Pour une entreprise qui peinait à se développer sur le seul marché français, c’est plus qu’impressionnant. En 2014, Cablevision revendiquait 3,12 millions de clients essentiellement à dans la région newyorkaise, un CA de 6,5 milliards de dollars et un profit net de 311 millions de dollars. Altice finance l’opération en déboursant 3,3 milliards de dollars cash et le reste par des emprunts et des reprises de dettes. Dans la corbeille, l’entreprise de Patrick Drahit rouve quelques curiosités plutôt éloignées des télécommunications telles que les équipes de NBA des Knicks, celles de hockey sur glace des Rangers et des Wolf Pack, et de baseball des Liberty. Patrick Drahi se retrouve également propriétaire du célèbre Madison Square Garden. Si Altice le décide, la revente de ces activités sportives est à-même de financer une partie conséquente du rachat de Cablevision.

A voir

bori-2-

Elon Musk s’intéresse au métropolitain

Le patron de Tesla n’a pas fini de vouloir révolutionner les transports...