Accueil / Actualité / Angers, les atouts d’Atoll, le retail-park « soucoupe volante », certes touché, mais pas coulé…

Angers, les atouts d’Atoll, le retail-park « soucoupe volante », certes touché, mais pas coulé…

A l’ouest de la belle cité du Maine et Loire, un centre commercial pas comme les autres avait attiré quelques commentaires interrogatifs. Sa formule originale révèle des armes secrètes en cas d’épidémie. 

 DVSM, 15 février 2021 – Atoll reste ouvert*. Dans l’ambiance contaminante qui incite les autorités à frapper le commerce d’une manière plutôt aléatoire, Atoll a presque sauvé les meubles. Presque, les portes de l’ex-magasin Alinéa définitivement fermées sont là pour cruellement le rappeler. Le concept du centre n’a rien à voir avec le jet de l’éponge de ce spécialistes « un peu » inspiré d’un modèle suédois bien connu, en dimensions zones moyennes. Pourtant, Philippe Detavernier, l’ancien directeur général de cette enseigne, nous avait confié que sur ce site (qui est proche d’Angers, mais établi sur la commune de Beaucouzé), avoir cédé à l’incitation d’un choix de superficie excessive posait quelques problèmes. Le magasin Boulanger, « cousin de groupe »**, que certains baptisent « Boul’Angers« , semblait être dans la même problématique. Selon nos constatations, et à la vue de la fréquentation, cette ombre au tableau est aujourd’hui probablement moins aiguë.

Il n’en reste pas moins que cette création de la Compagnie de Phalsbourg, celle d’une zone commerciale enfermée dans une sorte de grand vaisseau spatial dont rien de l’intérieur ne se laisse apercevoir, a été frappée d’autres fermetures. Comme celle de l’immense Castorama (lui aussi, surdimensionné, une mauvaise pioche pour un spécialiste bricolage en crise), fermeture décidée bien avant l’attaque du Covid, ou celles imposées par les mesures sanitaires, condamnant la zone de restaurants à l’inaction. Oui, mais ce centre n’en est pas un. C’est un « retail park », ou parc commercial, « à ciel ouvert », et comme tous les ensembles commerciaux de cette catégorie, il échappe au couperet des plus de 20.000 mètres carrés. Pour aller d’une enseigne à l’autre, un seul chemin, l’extérieur. Enfin presque, car les parkings en sous-sol autorisent le tour complet de l’ensemble en évitant tout d’une vigoureuse averse ou d’une rebelle giboulée neigeuse.

A La Roche-sur-Yon, le centre commercial Les Flâneries, qui n’a rien de commun avec une classique galerie marchande, mais où les déplacements des clients d’enseigne à enseigne ne sont pas loin de rappeler ceux d’Atoll, une simple différence change tout et conduit à sa fermeture totale. La différence est que, pour éviter ces éventuelles vigoureuses averses et d’inattendues giboulées neigeuses, tout le cheminement s’effectue dans une longue promenade vitrée. Les scientifiques affirment que les choses compliquées ne sont que des ensembles de choses simples. La situation présente démontre que ce qui pourrait être simple change sous l’effet d’ensembles de choses compliquées.

Le centre commercial Les Flâreries, à La Roche sur Yon. Sans ces baies vitrées, si précieuses quand les intempéries ou une chaleur caniculaire rendent l’extérieur inhospitalier, on ouvrirait…!

* Mais aux heures du couvre-feu.
** Galaxie « Mulliez Auchan ».

Source DVSM

A voir

CES 2022 : à Las Vegas, la prochaine édition est fermement annoncée avec visiteurs…

Les organisateurs d'événements n'attendront pas plus longtemps.