Accueil / Actualité / Antivirus, une vie intense dans un domaine chaque jour plus en pointe dans le quotidien.

Antivirus, une vie intense dans un domaine chaque jour plus en pointe dans le quotidien.

Changeons de virus, ça fera du bien ! Les outils de protection pour les équipements connectés sont à l’univers numérique ce que les désherbants sont au jardinage. Donc un marché solide, parsemé de petites aventures entre firmes.

DVSM, 11 août 2021. En dépit de leurs effets parfois agaçants, les antivirus, qui vont bien au-delà de ces bestioles nocives pour puces et mémoires, n’ont que peu d’utilisateurs récalcitrants. Ralentissements, blocages intempestifs, c’est le prix à payer pour plus de tranquillité. En revanche, les utilisateurs un peu négligents sont nombreux. Il faut donc une communication et des actions marketing abondantes pour se maintenir sur le marché, ce qui s’accompagne d’une nécessité liée aux capacités débordante de l’imagination des générateurs de malwares, chevaux de Troie et autres miasmes qui se propagent sur le toile.

Il y a quelques semaines, un créateur vedette de ce business disparaissait. Le fondateur de McCafee, qui a donné son nom à la protection, avait mis fin à ses jours dans une geôle ibérique. On apprend à présent que Norton, géant américain dans la sécurité informatique, vient de mettre la main sur la firme tchèque Avast, pour quelques 8 millions de dollars. Au moins, dans ce domaine, les chiffres sur les sommes en jeu dans les transactions sont connus, à la différence de ceux concernant les vaccins corono-protecteurs. La montée en puissance des usages de la vie digitale et l’accroissement des parcs d’équipements génère une insécurité en progression, avec laquelle il va falloir vivre. (Déjà entendu ça quelque part, non ?) Les perspectives pour les activités protectrices sont par conséquent porteuses, d’autant plus que le Net véhicule des contenus de plus en plus alléchants pour les voyous en tous genres, paiements et santé inclus.

Source DVSM

 

A voir

70 % des entreprises françaises attribuent les cyber-attaques nuisibles aux vulnérabilités des technologies mises en place pendant la pandémie

80 % des responsables sécurité et des dirigeants font état d'une plus grande exposition aux risques aujourd'hui à cause du télétravail.