Accueil / Actualité / Apple, des chinoiseries pour énerver la firme de Cupertino

Apple, des chinoiseries pour énerver la firme de Cupertino

Au moins quatre générations de l’iPhone sont en passe d’être interdites à la vente sur le sol chinois…! Une brouille insolite…

 DVSM, décembre 2018. Encore un coup bas de ces Chinois…? Oui et non, mais plutôt non. Encore que… Toute la presse en parle, c’est la firme Qualcomm qui est en passe de réussir ce tour de force juridique. Société qui n’est pas chinoise mais californienne. Elle reproche à Apple de copier certains de ses brevets. C’est classique dans l’industrie, je, tu, il, ils se copient… et s’attaquent en justice. Mais pourquoi n’a-t-elle pas attaqué en « proximité »…? Elle l’a fait, mais ses demandes ont été rejetées par les tribunaux américains. Elle s’est donc retournée contre la marque à la pomme croquée au cœur de l’Empire du Milieu, où celle-ci réalisé une belle part de ses ventes. Toutefois, il convient aussi de tenter d’apercevoir, un peu plus loin, les racines possibles de cette virulente offensive. Qualcomm fabrique des microprocesseurs de très haute technologie destinés aux smartphones. Il suffit d’observer où se situent les clients industriels de cette entreprise américaine, d’observer aussi ce qu’est la stratégie industrielle d’Apple en matière de composants clés, pour avoir, peut-être, au moins un bout de l’explication.

Ce qui invite à s’interroger sur d’autres événements, assez spectaculaires, qui se produisent dans l’industrie au niveau planétaire. En clair, qui télécommande quoi, et où, et comment, et pourquoi, et avec quelles arrières-pensées… Entre Chine et USA, les tensions et frictions (mot dans lequel on trouve « fric ») vont bon train. Au Pays de l’Oncle Tom, des firmes chinoises importantes (et pas que Huawei) sont l’objet de quelques tracasseries. Ne serait-ce pas une raison de voir des tribunaux asiatiques pencher vers la tentation de donner une certaine réplique… Et réciproquement…

Les mastodontes industriels majeurs sont arrivés à des statures planétaires. Du fait de leur puissance, elles considèrent plus les états comme des dépendances que comme des donneurs d’ordres. Entre conflits inter-groupes et politiques nationales, tout se mélange, tout se brouille. L’affaire de Carlos Ghosn est une autre illustration de ces batailles dans lesquelles les dispositions réglementaires des différentes régions d’activité deviennent tout autant des leviers pour groupes industriels en batailles de géants que des armes à vocation purement technico-commerciales. Ce différend exporté entre deux californiennes se réglera sans doute un jour, avec un accord, des sommes non révélées versées (dans quel sens…?) le tout en ayant grassement fait vivre quelques avocats et alimenté les médias (la preuve). Puis, la vie continuera…

Source DVSM

A voir

La haute-fidélité pourrait et devrait bien mieux faire…

L'écoute de la musique sur du matériel performant n'a jamais été davantage que très minoritaire. Une tradition regrettable mais pas inéluctable.