Accueil / Actualité / Apple en 2021 : l’iPhone de l’année osera-t-il se présenter sous le délicat numéro 13…!

Apple en 2021 : l’iPhone de l’année osera-t-il se présenter sous le délicat numéro 13…!

La question qui peut paraître futile n’est pas aussi anodine qu’on pourrait le croire. Les ondes maléfiques ne sont jamais prises à la légère par les stratèges du marketing.

 DVSM, 13 janvier 2021. Chacun sait qu’il ne faut surtout pas être superstitieux, cela porte malheur. Après le 10, (ou X, les éditions Dorcel s’étaient un peu trop vite senties concernées), puis le 11 et désormais le 12, la firme de Cupertino aura-t-elle l’audace d’aller chatouiller les moustaches du célèbre nombre 13 pour poursuivre la dynastie de ses smartphones …? Car, d’un convive de trop à table jusqu’au vendredi de bien mauvaise réputation, de ces rangs 13 délicatement oubliés dans certains avions jusqu’à la folle mésaventure d’Apollo-13, il faut avouer que ce « 6+7 » a du mal à faire la preuve de sa totale innocence. Mieux vaut l’éviter, au minimum pour ce dont on attend un large succès en rayon.

Des industriels ont d’ailleurs visiblement tranché, depuis fort longtemps. Chez Renault, simple exemple, le brillant petit bolide bleu baptisé R8 avait bien eu des successeurs inscrits dans une logique continuité, les R9, R10, R11 et même R12. Mais point de Renault 13, la société encore « régie » étant passée directement au dossard 14*. Le créateur suprême s’est, Dieu merci, lui-même bien gardé d’aller au-delà de 12 paires de côtes pour Eve comme pour son compagnon Adam, (ce dernier, de ce fait, pourvu d’autres atouts nécessaires pour asseoir sa supériorité), mais il en a mis 13 chez le rat. Pour les œufs, le malheur est conjuré. Dans les 13 à la douzaine, le « 10+3ème » ayant vocation à être cassé. Et s’il ne l’est pas, c’est un coup de chance. De là, notamment, porteur de poisse pour les uns, le 13 est parallèlement porte-bonheur pour d’autres.

Est-ce pertinent que de vouloir ignorer commercialement la « triskaïdékaphobie », le terme des esthètes de l’art de la parole et du vocabulaire pour cette phobie du 13…? Sans doute pas. Les peurs populaires sont une réalité, qui a hanté bien des nuits de décisionnaires, et qui meuble peut-être les insomnies de l’équipe de Tim Cook. Hésitations… Ou bien on dit « 13 », stoïquement, le doigt sur le bouton permettant immédiatement de passer à la suite, le tout dans une continuité sans bavure. Ou bien on saute l’obstacle, mais il faut alors l’expliquer par un franchissement d’étape technologique (mais c’est déjà fait avec le 10). Choix alternatif, donner à l’objet un véritable nom (donc une marque commerciale, à déposer, partout, en vérifiant que le terme choisi n’évoque rien de morbide ou de scatologique dans un lointain langage, ni ne ressemble à une autre marque déposée par un fabricant d’allumettes Bluetooth…). Bon, après tout, c’est à eux de voir. Mais quand même, 13, c’est embêtant…

* Hélas, avant la pomme d’Apple, ce fut surtout le symbole d’une poire retenus pour la com qui en fit un modèle boudé sur la route.

Source DVSM

A voir

Trophées de l’Innovation Big Data & AI Paris : ouverture des candidatures !

Les 28 et 29 septembre prochain, Big Data & AI Paris, l’événement européen de référence du big data et de l’Intelligence Artificielle, revient au Palais des Congrès et en ligne.