Accueil / Actualité / Apple, gilets jaunes, une offensive bruxelloise révélatrice…

Apple, gilets jaunes, une offensive bruxelloise révélatrice…

La vision franco-française du conflit vécu depuis des semaines dissimule-t-elle des facettes essentielles que l’Apple Store de la capitale belge semble soudain révéler ce samedi…?

 DVSM, janvier 2019. Qu’est-ce qui pourrait enrayer les manifestations des gilets jaunes, qui ne se limitent pas aux frontières de l’Hexagone…? Alors que, comme tous les samedis depuis novembre dernier, les reportages se suivent et se ressemblent sur les chaînes d’information continue, ne passe-t-on pas à côté de symptômes qu’il faudrait pourtant analyser…? Comme cela s’observe depuis longtemps, ce sont surtout les violences qui semblent préoccuper les médias et les personnalités aux desseins multiples fréquemment conviées à s’exprimer, commenter, ou proférer des vérités qui ne sont souvent que les leurs. Tout cela se vit avec en toile de fond un étrange sentiment de tranquille satisfaction si les défilés sont calmes, comme s’ils ne perturbaient pas la vie normale des lieux où ils circulent. Mais la poursuite de ces protestations se voulant « pacifiques » ne recule pas (chacun sachant pourtant qu’elles sont régulièrement le terrain fertile aux violences). Ce même en dépit de l’ouverture du débat, et d’une remontée mesurée de la popularité des dirigeants du pays.

Mais en outre, des protestations massives, avec des manifestants également vêtus de jaune, s’observent aussi sous diverses formes et pour des motifs qui ne se recoupent pas tous ceux évoqués sur notre sol.  En Grande-Bretagne, en Allemagne, de tels mouvements plus ou moins importants ont été et sont encore organisés. En Belgique notamment, leur intensité et leur durabilité ne semblent pas faiblir. Et si certaines revendications sont pratiquement des « copiés collés » des nombreux thèmes mis en exergue en France, des protestataires sont clairement plus offensifs à l’égard des cibles faciles et redondantes que sont les géants de l’économie numérique. C’est ainsi que l’Apple Store de Bruxelles (photo) est ce samedi l’objet d’un envahissement musclé sous le slogan de « game over », une sorte de « ça suffit » fermement exprimé.

Loin d’entrer dans les méandres de ces agitations, notons qu’il faudrait peut-être s’interroger sur ce qui peut constituer des motifs de mise à l’index de facettes de la société occidentale et de son activité économique, si l’on ne souhaite pas que celle-ci, et ce qu’elle apporte aux populations (qui semblent l’ignorer), soit laminée dans des jusqu’au-boutismes proche du fantasme. YD

Source DVSM

A voir

La haute-fidélité pourrait et devrait bien mieux faire…

L'écoute de la musique sur du matériel performant n'a jamais été davantage que très minoritaire. Une tradition regrettable mais pas inéluctable.