Accueil / Actualité / Apple, l’iPod Touch modernisé connaît la musique, oui, mais pas que…

Apple, l’iPod Touch modernisé connaît la musique, oui, mais pas que…

Une nouvelle version du plus « vedette » des baladeurs renouvelle le contour d’une offre tirant aussi sur un profil d’assistant sauce 2019.

 DVSM, 28 mai 2019. Si cet objet avait été lancé il y a quelques années, il aurait certainement eu droit au qualificatif de « révolutionnaire ». Aujourd’hui, il prend davantage le profil d’un équipement remis à niveau, séduisant, et dont on imagine qu’il a pour mission de ne pas laisser s’estomper une catégorie qui a déjà beaucoup vécu, et accessoirement (voire davantage), de permettre à la marque de ratisser plus large et arrondir le CA. Erosion du segment des smartphones oblige… Oui, mais diront certains, le lancer il y a quelques années n’aurait pas été possible, technologie oblige. C’est vrai et pas si vrai quand même. Par exemple… La « puce », donc le processeur qui l’anime et dont le constructeur vante les mérites et un « A10 Fusion ».

Quelques spécialistes ont promptement fait remarquer que cette même et vaillante puce donnait déjà vie à l’iPhone-7…! N’allez cependant pas jusqu’à imaginer qu’à Cupertino, on se contenterait de faire du neuf avec de l’ancien, ou pire, que les puces des vieux iPhone repris pour faciliter les ventes des iPhone d’aujourd’hui seraient dessoudées puis remontées dans ces iPod nouvelle mouture. On est loin d’une telle mesquinerie. D’autant que ces baladeurs à peine sortis du four bénéficient d’écrans superbes (Retina), de fonctions très avancées, dans lesquelles les termes les plus gouleyants du vocabulaire techno s’installent comme chez eux…: Face Time,  réalité augmentée. Les conversations de groupes sont permises via le Wi-Fi, et au bout du bout, tout en affichant le temps passé devant un écran, apparaît le substantif « productivité ». Ce qui s’appelle élargir le périmètre des cibles (tout en fournissant une excuse noble pour ceux de vos clients qui redouteraient une poussée d’éreutophobie en avouant l’achat d’un baladeur musical… avant tout).

Voilà un produit qui, certes, est peut-être moins commode à caser qu’il n’y paraît, car si l’on fait abstraction de son nom de famille prestigieux et positionnant, il risque de devoir jongler avec des smartphones qui savent faire à peu près tout, y compris lire de la musique, et en plus… téléphoner et se connecter en 4G. Mais en bon spécialiste, comment imaginer faire abstraction d’une raison sociale qui, à elle seule, suffit à générer CA et marge, sans oublier son potentiel de fidélisation. Certains imagineraient-ils de faire abstraction de la petite étoile qui permet de ne pas mélanger les Mercedes et les Dacia…?

Source DVSM

A voir

US et Gafa, des démantèlements majeurs sont-ils probables…?

Quand des groupes deviennent trop dominants, le réflexe des états est souvent de les morceler, afin de favoriser la concurrence.