Accueil / Actualité / Après les fuites d’eau, les fuites informatiques

Après les fuites d’eau, les fuites informatiques

Les assureurs de Generali lance un contrat ‘’Protection Numérique’’ qui propose l’assistance, la réparation et l’indemnisation aux TPE et PME exposées aux conséquences des cyber-risques. Le contrat inclut également les services de Generali, d’Europ Assistance et d’ENGIE Ineo afin de rétablir une activité. Europ Assistance prend en charge le dossier et accompagne le client tout au long de la gestion du sinistre. La réparation et la sécurisation du système informatique attaqué sont confiées à ENGIE Ineo et Generali indemnise les conséquences matérielles du dommage (équipements, perte d’exploitation, …) ainsi que la responsabilité civile.

La souscription s’effectue via un formulaire qui permet de cerner l’exposition aux risques et le niveau de protection nécessaire. Selon une étude confiée à l’IFOP par le groupe d’assurance, 41% des TPE et PME ‘’touchées par un cyber-incident connaissent une baisse ou interruption de leur activité.’’ Le risque est d’autant plus élevé lorsqu’il s’agit d’un piratage. Malheureusement, à peine un tiers de ces entreprises se disent ‘’conscientes d’être exposées aux risques numériques.’’  Les PME s’adjugent 77% des victimes d’attaques numériques en France :  ransomware, espionnage informatique, vol de données, logiciel malveillant, etc.  Par ailleurs Generali Protection Numérique veut anticiper uneexigence légale qui s’imposera aux entreprises dans un an.

Adopté au niveau européen, le règlement général sur la protection des données (RGPD) contraint les entreprises à informer dans un délai de 72 heures les autorités et les personnes physiques dont les données personnelles ont fait l’objet d’une violation. En cas de non-respect, les sanctions financières peuvent aller jusqu’à 4% du chiffre d’affaires annuel de l’entreprise ou 20 millions d’euros. Pourtant seules 17% des entreprises interrogées par l’IFOP et Generali déclarent avoir connaissance du RGPD.

gene-1-

 

Enregistrer

A voir

dorcel-1-

Le porno exige des qualifications de premier ordre

Le producteur de films pornographiques Marc Dorcel ouvre son incubateur le Dorcel Lab, dédié aux ‘’ startups osées’’.