Accueil / Actualité / Attila Trump se met l’économie numérique à dos

Attila Trump se met l’économie numérique à dos

Il pouvait déjà compter ses soutiens dans la Silicon Valley sur les doigts d’une seule main, le président américain. Mais là avec les décisions qu’il s’apprête à prendre, il risque de les perdre complètement. La première des mesures relève du symbolique. Au nom de la lutte contre le terrorisme, Donald Trump veut remettre à plat la réglementation sur les visas de travail, et de bloquer l’entrée en vigueur d’un nouveau visa demandé par les sociétés des technologies, qui aurait parait-il permis de créer trois millions d’emplois en dix ans.  Imaginé au cours de la présidence Obama,«L’International Entrepreneur Rule» devait permettre à un étranger de résider trente mois aux États-Unis à la condition de créer des emplois et de justifier une capacité d’investissement d’au moins 250 000 dollars.

L’Administration Trump a décidé de repousser l’instauration de ce visa à la grande fureur des sociétés des technologies toujours soucieuses d’attirer des talents et des finances. A noter que le président français Emmanuel Macron veut créer un French Tech Visa consacré aux entrepreneurs et investisseurs étrangers.

Mais la mesure la plus contesté concerne ce que l’on appelle la neutralité du Net, c’est-à-dire la certitude que les réseaux de communication seront également partagés entre les fournisseurs de services. Depuis deux décades les opérateurs de télécommunication désirent facturer les sociétés Internet en fonction des débits.  Le 12 juillet les GAFA, ainsi que plus de deux cents entreprises Internet dont Netflix ont participé à une ‘’journée d’action’’ pour la protection de la neutralité du Net. Environ 25 000 sites ont d’eux-mêmes ralentis leur débit afin de prouver concrètement les conséquences de cette remise en cause. Problème dans rage incompréhensible de remettre en cause tout ce qu’avait entrepris son prédécesseur, Donald Trump veut abolir le décret ‘’Internet Ouvert’’ adopté par Barak Obama.

Le nouveau patron de la FCC (l’Arcep américaine), Ajit Pai est l’ancien avocat de l’opérateur télécoms Verizon. Il a décidé d’épurer la législation du secteur, en considérant que les opérateurs de télécommunication supportaient des «fardeaux injustifiés».  On s’attend à une décision sur la neutralité du Net à la fin de l’année. Si les opérateurs peuvent facturer leurs services à la tête du client, c’est l’avenir même de milliers de sociétés Internet qui se voit tout simplement menacé. Dans une tribune publiée dans le Wall Street Journal le mois dernier, Tim Berners-Lee, l’un des pères de l’Internet avait affirmé que « la neutralité du Net m’a permis d’inventer le World Wide Web sans avoir demandé la permission à quiconque et sans payer pour que mon idée soit rendue disponible à tous. »

dt-1-380

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A voir

x-500

L’iPhone X menace d’être un bide

Si l’on en croit les observateurs de la logistique de Seeking Alpha...