Accueil / Actualité / Auchan, quand des commentaires frôlent les idées les plus nauséabondes…

Auchan, quand des commentaires frôlent les idées les plus nauséabondes…

Le commentaire c’est bien, sauf si celui-ci dérive vers des interprétations inacceptables à l’égard des dirigeants. Lesquels ont sans doute des défauts, mais ne sont certainement pas des salauds…

 DVSM, 4 mai 2019. Nul, archi nul, ce commentaire entendu sur une grande chaîne de TV, d’un politico-protestataire (à moins qu’il ne s’agisse d’un protesto-politique) ayant affirmé, à peu près mot pour mot « Auchan va licencier pour pouvoir faire du fric sur le dos des salariés. » L’une des nombreuses réactions à l’annonce des 21 fermetures (ou cessions)* faites par le groupe nordique, dont un hypermarché (celui de Villetaneuse, photo). Bien entendu, il peut être reproché à des responsables d’enseignes d’avoir mal su conduire la marche de leurs points de vente. Il est même permis à certains d’affirmer qu’à la place de ces dirigeants, ils auraient su bien mieux gérer, de manière à maintenir les implantations rentables, tout en en rémunérant largement les effectifs. Il est en revanche un peu moins pertinent de leur reprocher d’avoir ouvert trop de points de vente car, si des erreurs ont été commises dans ce sens, les personnes ayant travaillé dans ces établissements ont, in fine, profité de ces erreurs stratégiques, à travers des emplois occupés durant plusieurs années. Partager inconsciemment les « fruits » d’une erreur stratégique ne supprime pas celle-ci, ni la chance de pouvoir en profiter…

Mais suspecter les décisionnaires qui prennent une aussi lourde décision (et bien plus pénible et insupportable que le croient trop de spectateurs ou commentateurs) de ne le faire que pour « se faire du fric etc. » est insultant à leur égard. Aucun dirigeant d’entreprise, de la plus modeste PME aux plus grands groupes, ne vit autrement que comme un drame le fait de se voir contraint de supprimer des emplois. En outre, Auchan en passe par le même cheminement que des milliers d’établissements sur la planète. En France, en Europe (UK, Allemagne, Italie, Espagne…) et de l’autre côté de l’Atlantique, aux USA et au Canada, pour ne citer que celles-là, des fermetures sont enregistrées, consécutives à des évolutions historiques de la consommation, résultant pour une part importante des replis démographiques, et d’une transformation planétaire du commerce, liée comme chacun le sait aux conditions créées par Internet. Il y a à peine plus de 10 ans, alors que la toile commençait à peine à s’ébrouer, qu’il n’était pas encore question des réseaux sociaux, que les smartphones n’existaient pas, ceux qui osaient pronostiquer ce qui s’observe de nos jours passaient pour des hurluberlus. Quant aux avertissements nombreux en rapport avec les risques de suréquipement commercial dans le nord-est de la capitale, omniprésents dans les médias spécialisés et généraux, ils n’ont guère laissé de traces de protestations, voire de refus d’y aller, de la part de ceux qui y trouvaient un poste de travail.

* L’hypermarché de Villetaneuse est situé au cœur d’un centre commercial, et sa reprise par d’autres acteurs n’est pas exclue, tout comme celles des autres implantations évoquées, elles aussi dans des zones d’activités commerciales.

Source DSVM

A voir

La haute-fidélité pourrait et devrait bien mieux faire…

L'écoute de la musique sur du matériel performant n'a jamais été davantage que très minoritaire. Une tradition regrettable mais pas inéluctable.