Accueil / Actualité / Automobile, électronique, le cœur industriel de l’Asie bat sans faiblir…

Automobile, électronique, le cœur industriel de l’Asie bat sans faiblir…

Régulièrement, des société d’études et de statistiques font le point sur l’activité économique sous tous ses aspects. En dépit d’une période contrariée par la pandémie, l’industrie d’Extrême Orient ne fait nullement relâche.

 DVSM, 17 juin 2021. L’image traditionnelle des régions asiatiques telle qu’on la voit encore bien souvent fait bien figure de vision traditionnelle, sans véritable évocation de ce qu’est devenue cette région du monde. Le Japon, qui fut il y a un demi-siècle celui par lequel une transition mondiale a surgi, s’est vu rejoindre par pratiquement toutes les contrées de ce lointain horizon. L’ASC100 (pour les 100 plus puissantes firmes de « l’Asia Supply Chain ») dont Digitimes a publié les résultats pour ce millésime, brosse ainsi un panorama révélateur sur les cent premières firmes technologiques de ce continent.

En termes de chiffre d’affaires, trois noms ressortent en tête, Toyota (Japon), Samsung Electronics (Corée du Sud) et Hon Hai Precision, connu sous son autre nom usuel de Foxconn (Taïwan). Si l’électronique a semblé tenir la corde dans la période actuelle (et depuis longtemps), elle n’a pas tout relégué au second plan. Toyota, en tête, fait partie des 5 firmes automobiles présentes dans les 10 premiers. Cependant, dans le premier quart du classement, on distingue quand même des célébrités du marché aux puces et autres dompteurs d’électrons tels que Hitachi, LG Electronics, Lenovo Group, Petagron, Xiaomi, Compal… Cette intéressante base de données permet de découvrir que la Chine et le Japon s’octroient près de 66% des recettes, tout en enregistrant 56% des profits et cumulent plus de 58% des capitalisations boursières. Une belle ligne d’horizon pour qui caresse l’ambition de voir l’Europe représenter une puissance de réplique à ce joli palmarès. Bon courage…!

Cependant, l’épreuve Covid est malgré tout passée tel un ouragan aux aptitudes destructrices, ayant entraîné des chutes sensibles de recettes pour bon nombre de firmes, plus sensibles dans l’ensemble des entreprises du domaine de l’automobile. Des effets se mélangeant à des « fortunes » de marché. La chute de 13% du CA de Nissan Motors étant enregistrée suite à un épisode encore non cicatrisé.

Source DVSM

A voir

La start-up Atera annonce une levée de fonds de 77 millions de dollars

Après une forte croissance en 2021, ce financement de série B porte à plus de 100 millions de dollars.....