Accueil / Actualité / Automobile, le groupe Renault se lance dans un retour plein gaz plutôt inattendu…!

Automobile, le groupe Renault se lance dans un retour plein gaz plutôt inattendu…!

Il était devenu LA solution aux soucis liés à la pollution. Le Gaz de Pétrole Liquéfié ou GPL n’avait pourtant pas connu de réelle explosion. Plutôt un succès d’estime, et une vie désormais fort discrète.

 DVSM, 23 mars 2020. C’était avant l’heure de l’électricité et de ses charmes supposés. Le GPL, très largement soutenu par bien des observateurs, spécialistes et en particulier presse automobile, avait dans son jeu de nombreux atouts. Dont, au premier chef, une excellente compatibilité avec les nécessités de réduire les sources de pollution. De plus, il se prêtait à une adaptation très commode aux moteurs à essence, avec de surcroît la possibilité données aux mécaniques de fonctionner soit au GPL, soit au super, en bi-carburation. Autre atout, mais considéré, aux yeux de certains (qui à instinctivement pensé « Bercy » ?) comme un grave un inconvénient, il était fort peu taxé. D’où la possibilité, même avec des consommations un peu supérieures à celles du super, de se véhiculer pour des budgets comparables à ceux du gazole. Malheureusement, sur les premiers véhicules équipés, des explosions accidentelles lui ont conféré l’image d’un carburant dangereux, ce qui n’est absolument plus le cas depuis que des normes de sécurité très rigoureuses ont été édictées (avec notamment des soupapes obligatoires).

Renault, qui par ailleurs, oeuvre comme désormais pratiquement tous les groupes du secteur, sur des véhicules électriques, vient malgré tout de lancer des versions de deux modèles très répandus et populaires, la Clio et la Captur, toutes les deux motorisées en bi-carburation essence et GPL. Elles sont proposées à des tarifs identiques à ceux des versions essence (soit respectivement 18.000 et 20.900 euros). D’autres constructeurs songent peut-être à « oser » ce type d’initiative, qui pourrait faire réfléchir de nombreux utilisateurs hésitant entre un choix électrique dont l’utilisation reste limitée à certains usages, et une option pour une technique à carburant classique, pouvant être pénalisée fiscalement et à la revente à moyen terme.

Source DVSM

A voir

AUTONOMY, le salon international des solutions de mobilité durable se tiendra les 4 & 5 novembre prochains, en format 100% digital

Le plus grand salon international des solutions de mobilité durable pour les professionnels...