Accueil / Actualité / Aux USA Fedex ose à son tour la livraison urbaine sans livreur

Aux USA Fedex ose à son tour la livraison urbaine sans livreur

Le client livré pourra-t-il se faire un jour prochain seconder par un autre robot, le sien, capable de recevoir les livraisons…? Un monde qui change, et qui malmène les habitudes, l’emploi sans oublier le vocabulaire…

DVSM, mars 2019. Qui fera quoi, d’ici quelques années, quand les robots auront accaparé toutes les tâches usuelles de notre quotidien…? Pas de panique…! « Il y aura beaucoup d’autres nouveaux emplois« , garantissent les spécialistes de la prospective et les industriels engagés dans le développement de ces machines pour lesquelles la terminologie ne semble du reste pas parfaitement adaptée. Un chariot, animé par de l’intelligence artificielle et suivant un programme de livraison bien préparé, est-il un vrai robot…? Ne serait-ce pas plutôt un automate enrichi des aptitudes du high-tech numérique et de la connexion…?

D’ailleurs, ce genre d’annonce est-il de nature à rassurer, ou à inquiéter…? Livreurs, caissières, voir médecins ou même chirurgiens, les citoyens profanes observent avec un peu d’appréhension cette métamorphose de la société qui se prépare. D’autant plus que les médias mettent souvent l’accent sur des adoptions robotiques dont la conséquence serait surtout de supprimer des emplois, voire des métiers. En revanche, des robots très interactifs qui, par exemple, surveillent et tiennent compagnie aux jeunes enfants seuls à la maison, déjà bien utilisés dans certains pays d’Asie, sont moins sous les feux de l’actualité.

Allons plus loin… Peut-on imaginer, d’ici quelque temps, des robots de jaune vêtus, allant protester entre Bastille et République, prêts à en venir aux mains avec d’éventuels robots policiers, chargés de les contenir…? Et dans un cauchemar, quelqu’un racontait avoir vu un président des Etats Unis, en campagne à Dallas, se faire assassiner en plein jour par un robot blotti en haut d’un immeuble…!

Pour sa part, Fedex emboîte le pas à Amazon, qui semble prêt à transformer la distribution en un immense mécanisme automatique. Armés de tableurs, les gestionnaires ont déjà tout calculé et recalculé. Les coûts liés à l’équipement, la maintenance, les « gains » en ressources humaines, les avantages (pas de grève, pas d’arrêt maladie, pas de doués, de sur-doués ou de sous-doués…) on clique et ça tourne tout seul. Il y a mille et une manière de présenter le futur au commun des mortels. Sommes-nous sûrs que celle choisie est bien la meilleure…? Il se disait que la machine devait rester l’esclave de l’homme, et non l’inverse. Est-ce encore d’actualité et pour longtemps…?

Source DVSM

A voir

Jeux vidéo, tueries, guerre, armes, les critiques pourraient pleuvoir…

L'actualité soudain se charge en violences multiples....