Accueil / Actualité / Blackberry, fin discrète d’un système (d’exploitation). Les OS se cachent pour mourir…

Blackberry, fin discrète d’un système (d’exploitation). Les OS se cachent pour mourir…

Epilogue révélateur qui confirme cette seule alternative : dominer ou s’éclipser. Les lois cruelles de la nature sont bel et bien en vigueur dans l’antre du numérique.

DVSM, 11 janvier 2022. Etre précurseur n’est pas une garantie de longue vie. Passée dans un silence quasi général, le système d’exploitation des mobiles de RIM ne rime plus avec rien. Et pourtant…! Souvenir… Dans les salons d’un très chic hôtel de la capitale, un interlocuteur DG -un peu du style sympathique frimeur- me communique une info qu’il vient de recevoir sur son portable. Effet « wouao » ? Pas tant que ça. Déjà quelques longues années au cœur de la révolution de l’électronique, j’en ai vu d’autres. Et du reste, il fallait s’y attendre. Les portables, les SMS, les « pagers », les débuts effervescents des télécommunications devenues, par un pléonasme non avoué, connectées, ne pouvaient pas s’en tenir à leurs premiers et rudimentaires exploits. Le joujou qui tient dans la main de cet interlocuteur commence d’ailleurs à être la coqueluche d’un monde de défricheurs. Son non, Blackberry, « mûre » en anglais. Les fruits n’auront pas décidément pas chômé dans cette génération interactive : Orange, Apricot, Apple, Blackberry… La capacité à véhiculer des contenus alors que les smartphones n’avaient pas encore envahi le monde ne fut pas le seul atout de ce canadien à succès. Ses mobiles avaient aussi un vrai clavier, avec des touches, plus séduisantes et convaincantes le les écrans tactiles, selon certains clients. Mais l’histoire n’a rien retenu de ces points forts et est revenue sur du simple, du classique, du sans pitié déjà vu. 

Depuis plusieurs saisons, Blackberry, qui par ailleurs a rejoint le camp Android, n’en finissait plus de s’estomper, en dépit d’une persévérance ressemblant de plus en plus à celles des condamnés à mort. Le couperet vient de tomber. L’OS se grippe définitivement, et les ultimes parmi ses rares derniers utilisateurs vont faire avec des smartphones « avant la lettre » le deuil de leurs belles années de pionniers. La véritable fin en grand silence de cet OS rappelle l’éternelle contradiction dont l’univers électronique (comme d’autres) est l’impitoyable théâtre. D’un côté, la plupart des utilisateurs veulent des « standards », du commun à tous, l’unisson des techniques qui, une fois adopté, réveille les réprobations de ce qui apparaît alors comme d’insupportables monopoles. Entre Android, et l’exception d’iOS, les chances de survie d’un troisième larron étaient nulles. Y.D.

Source DVSM

A voir

Bien préparer son passage à la facturation électronique

La facturation électronique va devenir une réalité concrète pour l'ensemble des organisations et entreprises.