Accueil / Actualité / Boulanger, vient au courant des fragiles écrans et de leur utilisateurs

Boulanger, vient au courant des fragiles écrans et de leur utilisateurs

Les écrans des ustensiles de la mobilité ont un défaut, ils ne sont pas insensibles à tout. L’enseigne inaugure un service dédié à ce souci commun.

DVSM, mars 2019. Première tâche qui s’impose à tout utilisateur de smartphone, de tablette ou de montre connectée, il faut en protéger l’écran. Pour ce faire, des quantités impressionnantes de revêtements transparents ont depuis longtemps pris place dans les rayons d’accessoires. Avec, comme cela est quasi inévitable, une recherche imposée à la clientèle afin de trouver le modèle correspondant à l’appareil à équiper, qui ne se passe pas toujours de la manière la plus sereine. Compte tenu du nombre de smartphones mis en vente au fil des saisons, par toutes les marques, sous des références récentes, d’autres moins, la quête de la protection idéale devient souvent une petite galère. Ce qui n’est que le début d’un défi, l’heureux utilisateur ayant ensuite à placer sur l’écran la fine et fuyantes membrane, dans le bon sens, absolument bien droit, et naturellement sans faire ni pli ni bulle. Encore relativement commode sur les smartphones de taille réduite, l’épreuve devient complexe pour les versions de plus amples mensurations, et encore davantage pour les tablettes…

Boulanger lance un service dans ses 149 implantations, destiné à définitivement ôter ce souci de l’esprit de ceux qui l’adopteront. Les revêtements transparents sont proposés sur mesure, disponibles ou découpés à façon pour tout modèle d’appareil existant, acheté ou non dans l’enseigne. Ils sont ensuite mis en place par des professionnels. Leurs propriétés auto-régénératrices les rendent insensibles aux micro-rayures. Le tout s’accompagne d’une garantie « Premium », à vie et incluant un remplacement d’écran par an en cas de casse ou de fissure.

Le tout est proposé à des tarifs sympas, à partir de 14,99 euros. Bien joué…

Source DVSM

A voir

Vendeurs(euse) robotisés(ées), et l’homme dans tout ça…?

La vision supposée futuriste d'un commerce sans vendeur et sans caisse inonde les chroniques...