Accueil / Actualité / Brouillard et 5G : le difficile suivi à cause d’une industrie en proie aux pénuries.

Brouillard et 5G : le difficile suivi à cause d’une industrie en proie aux pénuries.

Les premiers mois de la 5G se sont révélés plutôt médiocres en France. Dans le monde, certains bons démarrages sont contrariés par les séquelles de la pandémie.

DVSM, 27 mai 2021. C’est une situation déroutante mais prévisible qui affecte le créneau de la nouvelle génération de réseaux et mobiles. Déroutante, mais ni unique, ni imprévisible. Les comparaisons s’appuient souvent sur ce qui fut connu lors de la sortie des grands conflits, dernière guerre mondiale notamment. Si la fin de la pandémie (qui n’est pas encore acquise) n’est en rien similaire à un bilan soldant cinq ans de conflit planétaire, les symptômes ressentis présentent des facettes comparables, résultant des ralentissements ou même arrêts plus ou moins prolongés de production. Une économie de commerce, de services et d’industrie est comme un moteur. Une seule pièce défectueuse ralentit ou bloque tout le reste. La relance des activités est pour l’heure sensiblement handicapée par ce qui se traduit par des pénuries de matériaux et des ruptures de stocks.

La 5G, lancée dans certains pays d’Asie avec d’excellents scores, rencontre ainsi des péripéties qui retardent la fabrication des mobiles, tout comme le déploiement des réseaux, incitant les opérateurs à ne pas trop accélérer dans les initiatives commerciales. Les points d’achoppement se situent dans les composants de pointe (semi-conducteurs), eux-mêmes freinés par l’approvisionnement en terres rares et autres matériaux dont l’extraction a pu être partiellement suspendue. Les spécialistes estiment que ces pénuries dureront encore plusieurs mois. Difficile, dans ces conditions, d’attendre des initiatives véritablement musclées avant l’automne, et de ce fait, de compter sur une analyse totalement pertinente des évolutions commerciales. De surcroît, la situation préoccupe actionnaires et investisseurs. En Corée, le groupe Samsung, gros exportateur, a vu se développer leur frilosité, sous l’effet de faibles rendements en dividendes. Des désengagements ont même été enregistrés. Les vœux de relance rapide au niveau mondial risquent d’être contrariés, dans l’électronique, mais aussi dans l’automobile, autre grand secteur où les pénuries sont particulièrement pénalisantes.

Source DVSM

A voir

En 9 mois de 2021, les APN reprennent un peu de vigueur, loin des scores du passé.

L'infernale dégringolade des ventes d'appareils photo semble enrayée.....