Accueil / Actualité / Canon en réalité, virtuelle bien sûr, mais sous la forme d’une « petite » grande révolution.

Canon en réalité, virtuelle bien sûr, mais sous la forme d’une « petite » grande révolution.

Il y a « les » nouveautés, mais pour une fois, bienvenue à « LA » nouveauté, un concept qui peut apporter beaucoup au secteur photo-vidéo.

 DVSM, 6 octobre 2021. L’électronique de loisirs surnage à la faveur de nombreux marchés passés à la phase morose d’un renouvellement dominant. Il lui faut impérativement (et vite) ouvrir de nouveaux territoires, quitte à ce que ceux-ci oscillent entre niches et clientèles plutôt ciblées. Après l’échec quelque peu lamentable de la 3D, on aurait cru les filières dans lesquelles l’image fait entrer les perceptions d’espace condamnées à tout jamais. La tentation est cependant irrésistible, et ne peut être abandonnée lâchement, sous le seul prétexte que quelques acteurs industriels ont tant poussé le tri-dimensionnel là où on ne l’attendait pas qu’ils l’ont poussé jusqu’au précipice. Ne nous dissimulons derrière aucun obturateur, la réalité virtuelle n’est pas destinée qu’à la fiction. Elle peut profiter à bien d’autres visions. Certains évoquerons les segments professionnels, tels que bâtiment, architecture, industrie, médecine… Juste.

Mais oublier à terme le grand public serait une erreur. Il y a des quantités de consommateurs qui rêveraient (sans le savoir pour le moment) de monter aux copains et cousins, en réalité (virtuelle puisque non réelle*), des séquences vertigineuses leur dernier voyage dans les gorges du Tarn ou de la capitale vue du haut d’une grande tour métallique. Certes, cette première que lance (à vendre en décembre) la firme nippone est positionnée dans le secteur des techniques encore onéreuses, amortissables pour les pros, justifiées pour les « très » amateurs « très » authentiques (mais moins inaccessibles pour les clubs).

Voici donc un ensemble composé d’un objectif pour appareils EOS, le « Canon RF 5.2mm F2.8L DUAL FISHEYE », destiné à l’EOS R5, dans lequel deux optiques d’ultra grand angle fonctionnent côte à côte,  et d’une panoplie logicielle pour aller au bout d’une postproduction de très haute définition. « Le premier objectif » lit-on dans l’annonce de Canon, preuve qu’il y en aura d’autres. A 2199,99 euros (bon sang, qui aura la pièce de 1 centime à rendre au client venu acheter tout cela vite fait, sa voiture garée en double file.?), on avait prévenu, c’est du haut placé. Mais voilà qui annonce des suites plus abordables et, pour les enseignes, des ventes induites, car une fois créée, il faut de quoi regarder cette réalité de l’extrême. On en redemande…

* Détail : ce concept reste bien dans le cadre de la stéréoscopie, une « fausse 3D », la seule véritable 3D n’étant pour l’heure réalisable qu’en holographie. 

Source DVSM

A voir

Téléviseurs : attention au bon respect du système métrique. L’ILV sous surveillance…!

La clientèle mérite de bien comprendre pour bien comparer. Côté diagonales, les étiquettes doivent se mettre au pas. Si ce n'est déjà fait.