Accueil / Son & Image / Accessoires photo / Canon fait entrer l’APS-C dans l’ère nouvelle de l’EOS-R… Inattendu…

Canon fait entrer l’APS-C dans l’ère nouvelle de l’EOS-R… Inattendu…

Il faut se bouger…! Les défis de la photo, la vraie, celle qui ne se téléphone pas, passent obligatoirement par des initiatives apportant « du grain à moudre » pour l’utilisateur. Démonstration…!

DVSM, 2 juin 2022. L’industrie photo vit quelque chose se situant entre fin d’époque et nouvelle ère. De là à tout basculer dans le futur d’à présent, il y a une distance. Car en se numérisant, la technique de la capture des pixels avait fait plus que de grands pas en avant. En dévoilant il y a quelques mois sa génération de pleins formats (capteurs) et son cadre constitué par la nouvelle famille EOS dite « R », la firme nippone avait franchi le pas vers l’exploitation forcément transcendée des optiques et des capteurs les plus aboutis. Fallait-il pour autant mettre au rebus les APS-C, ou au contraire, les faire à leur tour plonger dans les acquis de l’R nouveau…? La réponse vient d’arriver. Ou plutôt, elle arrivera (en rayon) fin juin pour le R7, fin juillet pour le R10. Deux nouveaux venus qui permettent l’exploitation soit des optiques R, soit (avec bagues) des EF et EF-S de la marque. Aux menus, bien des choses, si nombreuse qu’elles ne peuvent être racontées ici. mais globalement, vitesse, légèreté, compacité, avec des atouts physiques, comme par exemple une portée augmentée de 1,6 fois des téléobjectifs avec l’utilisation des APS-C.

La connectivité est aussi au menu, et elle confine au summum, donnant presque une allure fluette à celle du smartphone, largement mis dans la boucle néanmoins. Côté accessibilité, donc clients, donc prix, les deux nouveaux venus concrétisent ce que nous annoncions (quelle joie d’être prophètes) il y a plusieurs mois. Les coûts de ces appareils « tombent » dans les budgets des amateurs, motivés certes, mais nettement plus à la portée de tous que les premiers pleins formats, mieux adaptés aux tirelires de ceux qui travaillent avec l’image (et éventuellement amortissent le matériel comptablement), et des mordus jusqu’au bout de la motivation, lesquels, heureusement, sont moins rares qu’on l’imagine, et moins déraisonnables qu’on les juge à l’occasion.

L’EOS R10 en bref :

  • Capteur APS-C 24,2 millions de pixels
  • Cadence de prise de vue à 23 im./sec (électronique) et 15 im./sec (mécanique)
  • Autofocus CMOS Dual Pixel II “deep learning“
  • Vidéo 4K 30p sur-échantillonnée depuis 6k, Full HD 120p, et mode HDR PQ
  • Vidéo 4K 60p (recadrée)
  • Stabilisateur vidéo numérique
  • Poids ultra léger de 429g
  • Wi-Fi, Bluetooth™. USB-C

Prix possible, boîtier nu :  moins de 980 euros.

L’EOS R7 en bref :

  • Capteur APS-C 32,5 millions de pixels
  • Cadence de prise de vue à 30 im./sec (électronique) et 15 im./sec (mécanique)
  • Autofocus CMOS Dual Pixel II II “deep learning“
  • Vidéo 4K 60p et vidéo 4K 30p sur-échantillonnée depuis 7K
  • Stabilisation mécanique (IBIS) jusqu’à 8 vitesses
  • Nouvelle molette avec joystick intégré
  • Wi-Fi, Bluetooth™. USB-C

Prix possible, boîtier nu : moins de 1500 euros.

A voir

L’heure d’un très haut débit minimal 100% gratuit pour tous va-t-elle sonner…?

Le nombre de tâches à accomplir en ligne, y compris celles qui désormais sont légalement obligatoires, doit poser le problème d'une accessibilité excluant au minimum toute contrainte d'abonnement.