Accueil / Actualité / Carburants : un chèque de 100 euros politiquement bien plus pervers qu’il n’en a l’air…?

Carburants : un chèque de 100 euros politiquement bien plus pervers qu’il n’en a l’air…?

 

Une basse manœuvre politicienne serait-elle habilement cachée derrière un « chèque » (versement) de 100 euros qui replace les préoccupations économiques des Français au premier plan…?

 DVSM, 22 octobre 2021. Croire que les acteurs du monde politique ne sont jamais tentés de prendre des décisions d’une fourberie crasse revient à croire aux miracles. La prime annoncée par le Premier Ministre hier soir ne satisfait guère, et surtout, semble répondre parfaitement… pile à côté de la question du coût des carburants. La prime va aller à des citoyens n’ayant pas de voiture, les évaluations kilométriques avancées sont d’un irréalisme sans borne, les nuances entre vies citadine et rurale totalement ignorées, etc. Cependant, dans une conjoncture de possible sortie de pandémie (non garantie, le virus bouge encore), parsemée d’effets mal anticipés (pénuries, inflation montante…) contenter tout le monde n’est guère possible. Nos dirigeants auraient-ils choisi délibérément, avec ces 27 centimes par jour, de canaliser les réactions vers un mécontentement politiquement « utile »…?

Pour l’équipe au pouvoir, l’adversité montante se situait sur le thème de l’immigration et de la sécurité. Avec le prix délirant des carburants et des énergies (dont celle du chauffage à l’heure du retour des frismas), les sondages montrent déjà que la préoccupation des citoyens a basculé sur le pouvoir d’achat, donc l’économie. Un sujet sur lequel les forces montantes dans la préparation des élections seraient réputées moins à l’aise. De pervers à machiavélique, la distance diminue…! 

Au-delà de cette probable constatation qui, certes, s’appuie sur l’hypothèse selon laquelle les pros du pouvoir seraient parfois prêts à tout pour atteindre leurs objectifs (chiche de démontrer le contraire…!) cette façon de piloter est fort inquiétante, car elle laisse entrevoir une période au cours de laquelle la consommation fin 2021 risque fort d’être très modérée. Il n’y a pas plus efficace pour geler les intentions d’achats que de frigorifier les budgets dépenses des consommateurs et leurs inquiétudes ressenties pour le futur proche. Y.D.

Source DVSM

A voir

En 9 mois de 2021, les APN reprennent un peu de vigueur, loin des scores du passé.

L'infernale dégringolade des ventes d'appareils photo semble enrayée.....