Accueil / Actualité / Carrefour, la créativité au comptoir n’a pas fait recette…

Carrefour, la créativité au comptoir n’a pas fait recette…

Tous les rêves, y compris en points de vente, ne deviennent pas réalité, même quand ils ont un air mode, très dans l’air du temps et sympathique. Discrète disparition dans le 77…

 DVSM, mars 2019. A l’entrée (de la pénétrante) de ce grand et bel hyper de l’enseigne, s’était installé un comptoir très représentatif de la mode numérique et des mille et une choses qui peuvent en découler, dont les impressions sur des objets. Mugs, oreillers, tee-shirts, coussins, etc… Tout se personnalisait à la demande. Dans un délai pas trop long, pour prix correct, dans une procédure simple. Avec au menu de ces choses rigolotes, comme des tasses à café (long) dont l’inscription ou l’image apparaît seulement quand le récipient est rempli d’un liquide bien chaud (thé, café, chocolat, lait, soupe…), un peu magique cette belle idée cadeau au cœur d’une offre généreuse et motivante.

Mais selon nos constatations, le joli stand intitulé « Mydesign » n’est plus là. Ce qui n’est guère étonnant. Car dès sa mise en fonction, des probables handicaps ne pouvaient qu’apparaître, dont l’inévitable très faible activité durant de longues périodes entrecoupées de coups de feu difficiles à gérer. Une fête des mamans, un temps propice aux présents de fin d’année, et ce à quoi les clients avaient sans doute songé au fil des semaines se traduit illico par une petite file d’attente… Ce qui permet d’appréhender les effets d’une réalité et de son ressenti. Attendre quelques jours pour ce même genre d’achats via une adresse en ligne n’a rien à voir avec quelques minutes d’impatience que l’image d’un chrono stylisé n’émousse que bien peu.

Les attentes, cela se gère… Affirmatif, mais quelle qu’en soit la cause, un résultat qui n’est pas synonyme de succès se traduit par une sortie de scène. Mydesign s’est effacé, signe que, globalement, « ça n’a pas marché ». Était-ce réellement imprévisible…?

Source DVSM

A voir

Vendeurs(euse) robotisés(ées), et l’homme dans tout ça…?

La vision supposée futuriste d'un commerce sans vendeur et sans caisse inonde les chroniques...