Accueil / Actualité / Cinéma, les entrées en salle ont chuté au cours de l’année 2018…

Cinéma, les entrées en salle ont chuté au cours de l’année 2018…

Faut-il voir dans ce repli, qui n’est pas le premier, une conséquence de l’envolée des sources de contenus alternatifs, dont les VOD/SVOD…?

DVSM, mars 2019. Dès son avènement, la télévision fut considérée comme la destructrice potentielle et inéluctable du cinéma en salle. Depuis les vibrantes années 1950-1960, la réalité s’est pourtant montrée toute différente. Mais les sensations émotionnelles restent de nature assez similaires quand les entrées des salles obscures s’émoussent, surtout si cela est observé au niveau de l’ensemble du Vieux Continent. D’autant plus que ce repli, de l’ordre de 3% en 2018 pour 28 pays * est observé au moment où, dans la plupart des territoires occidentaux ou assimilés, les moyens mis à la disposition de tout consommateur pour regarder ce qu’il veut quand il le veut gagnent chaque jour du terrain. Netflix a annoncé avoir, en France, passé la barre de ses 5 « premiers » millions d’abonnés.

Un autre paramètre entre progressivement en jeu d’une manière plus soutenue. Jadis, la petite lucarne cathodique avec son écran de 50 cm en noir et blanc ne pouvait en rien se comparer avec une belle toile blanche de plusieurs mètres de large. Plus récemment, les beaux cathodiques larges et en couleurs avec son stéréo plaçaient des critères comparatifs nouveaux dans la confrontation avec les salles de chaque complexe, sans remettre en question le charme du spectacle dégusté dans des fauteuils rouges faits pour ça. Encore qu’avec les cassettes, puis le LaserDisc, puis le DVD, et même le BRD, les équilibres commençaient aussi, depuis fort longtemps, à chavirer, les esprits à s’échauffer, les réglementations à proliférer, les redevances à se muscler.

Les grands écrans en Full HD, puis 4K, bientôt 8K, à leur manière, rebattent aussi les cartes. Sans oublier ce qui peut passer par la toile (du Net), au nez et la la barbe de la toile (du cinoche). En France, le millésime 2018 a vu le nombre de spectateurs entrés dans les salles chuter de 4,3%. En Allemagne, ce repli est de près de 14%. Et dans de nombreux pays, les chiffres sont négatifs. Au moins une exception est toutefois à souligner, celle de la Grande-Bretagne, avec une progression de 3,7%. Mais il serait prématuré et hasardeux de tirer des conclusions trop définitives. Des fluctuations ont déjà été observées à diverses époques. En France, chacun sait que deux ou trois gros succès peuvent suffire pour totalement renverser les tendances, et il serait étonnant qu’il n’en soit pas de même hors de nos frontières. Le cinéma, c’est comme le restaurant, si c’est bon, on y va…!

Il reste que la France conserve son profil de grand amateur de longs métrages. Dans sa population de 66,9 millions d’âmes, 200 millions d’entrées ont été comptabilisées en 2018. En Allemagne, riche de 83 millions d’habitants, le total n’a pas dépassé 105,4 millions.

Source DVSM

 

 

A voir

Jeux vidéo, tueries, guerre, armes, les critiques pourraient pleuvoir…

L'actualité soudain se charge en violences multiples....