Accueil / Actualité / Confinement et amendes, la bonne recette pour faire rentrer de… bonnes recettes.

Confinement et amendes, la bonne recette pour faire rentrer de… bonnes recettes.

Pendant que l’on discute à n’en plus finir sur le risque que ferait courir l’ouverture des restaurants et des salons de coiffure, voire des commerçants héroïquement de centre-ville, le tiroir-caisse de l’Etat ne se referme pas, son « ding-ding » qui ne s’arrête jamais devenant lancinant.

DVSM, 13 novembre 2020. Plus de 88.000 amendes pour non-respect du confinement ont été dressées en 15 jours. Le Premier Ministre, dans un discours qui, comme de coutume désormais, tend surtout à aiguiser la peur collective, ajoute à l’attention de ceux qui n’auraient pas manifesté assez de frayeur, un détail susceptible de « parler » à ces réfractaires de l’attestation. Plus de 88.200 amendes ont été dressées (dont quelques centaines pour des commerçants qui n’ont pas respecté la consigne de fermeture). Au tarif unique de 135 euros l’unité, cela frise déjà les 12 millions d’euros.

Dès lors, message reçu, cela ne suffit pas, et donc, les mesures maintenues le sont en accompagnement d’une « instruction » (comprenez « un ordre ») de renforcer les contrôles et d’amplifier les verbalisations. D’ici deux semaines, voilà la perspective concrétisée de voir les recettes se monter à 25 millions, le quart d’un milliard d’euros. Dans un élan (non vérifiable*) de solidarité, et à l’image des PV issus des radars routiers dont les fruits seraient affectés à la sécurité routière, comment le chef du gouvernement (qui n’est en aucun cas le chef des français**) a-t-il manqué l’opportunité de faire ventiler les sommes recueillies vers les trésoreries exsangues de ces petits commerces qui, tout en étant l’objet d’une adoration sans borne, restent fermés, non parce qu’ils sont des lieux de contamination, mais de leur caractère jugé non essentiel. En France, l’essentiel de tout en haut reste indécrottablement l’essentiel de la tirelire de l’Etat…!

* Non vérifiable, car, pour faire simple, le budget de l’Etat fonctionne selon le principe dit « entrées-sorties », en clair, toutes les recettes entrent dans un grand « réservoir » commun, et en ressortent en fonction des besoins. Selon les sensibilités et les humeurs, les supposées affectations de recettes parfois annoncées sont des orientations de principe, ou encore d’élégants mensonges, voire de pures impostures.

** Osons rappeler qu’en dépit du ton qu’il utilise, le Premier Ministre n’est en rien le « chef des citoyens ». Ceux-ci ne sont pas ses subordonnés, c’est même exactement le contraire. On a vu, dans l’Histoire, des responsables politiques au plus haut niveau sachant à la fois annoncer des moments terribles tout en donnant de vraies raisons d’espérer. C’est autre chose que de souligner des crêtes du des graphiques, mais halés, tous les hauts dirigeants ne peuvent pas être des Winston Churchill…

Source DVSM

A voir

9eme édition de apidays Paris, les 8-9-10 décembre 2020

Apidays Paris rassemble l'écosystème des APIs...