Accueil / Actualité / Confinement et Black Friday, quand le pouvoir affecte de se montrer un peu farceur…

Confinement et Black Friday, quand le pouvoir affecte de se montrer un peu farceur…

Le show et l’effroi…! Il n’y aurait qu’à reporter le Black Friday… Yaka… Cette suggestion sera-t-elle suivie…? Elle appelle quand même quelques remarques…

 DVSM, 18 novembre 2020. Le pouvoir se serait-il mis dans un sacré pétrin…? A bien y réfléchir, tout serait différent si, au lieu de jouer sur des notions sujettes à autant d’évaluations personnelles qu’il y a de Français, telles que « l’essentiel » ou « la première nécessité », il s’était contenté de mesures tout court. Un mètre de distance est une « mesure », sens propre, qui, entourant un chaland, définit arithmétiquement une précaution intelligible par tous. Une surface, un nombre de clients possibles dans un espace de vente, le tour est joué. Et au besoin, rectifiable instantanément en cas d’accélération du virus. Passer à 1,5 mètre, par exemple. Dès lors, il serait possible de décréter « 1,50m pour ce Black Friday ». Un critère éliminant toute forme de préférence « au jugé », et éventuellement accompagnable de quelques éléments supplémentaires simples, comme des gants jetables pour tout ce qui, en rayon, se touche manuellement.

On imagine donc les recherches de pistes pour sortir de l’ornière, sans doute en ayant conscience de la manière dont se déclenchent les rébellions, particulièrement intenses. Parmi elles, surgissent des idées inattendues, comme cette demande de Bruno Le Maire de reporter le Black Friday. Un ministre qui de ce fait, prend un profil de lâcheur, lui qui semblait favorable à des assouplissements il n’y a que 48 heures. D’un gouvernement qui, au début du printemps, avait tout fait pour ne pas reporter le premier tour des municipales, c’est quand même culotté…! D’ailleurs, ne pourrait-on pas dans la foulée reporter Noël, Mardi Gras, etc.

Heureusement, chacun le sait, le Black Friday, est une opération qui ne demande aucune préparation. Ce brin d’herbe auquel se raccrochent encore des exploitants cherchant à ne pas se laisser emporter par les événements est une « opé » prévue pour dans une dizaine de jours. Elle va conduire dans 9 jours trois quarts les professionnels à imaginer quoi vendre, comment communiquer, comment mettre le tout dans les linéaires, les TG, sans oublier de passer les commandes… On comprend pourquoi, vaine précaution, même à la radio, dans un local où le risque de rencontrer Maître Corona est à peu près équivalent à celui de gagner deux fois de suite le gros lot de l’Euro Million, mieux vaut garder le masque. Histoire de ne pas trop être reconnu…!

Source DVSM

A voir

9eme édition de apidays Paris, les 8-9-10 décembre 2020

Apidays Paris rassemble l'écosystème des APIs...