Accueil / Actualité / Conjoncture, des grains de sable jusqu’aux virus, de la fragilité de tout un monde…!

Conjoncture, des grains de sable jusqu’aux virus, de la fragilité de tout un monde…!

Il n’aura fallu que quelques semaines pour que bien des choses basculent et impactent la vie de la planète. La visibilité vient de se rétracter dangereusement…!

 DVSM, 4 février 2020. Pourquoi le nier…? Globalement, tout le monde a peur, mais affiche une sérénité de mise. Allons, un simple virus ne va pas faire à lui seul tout chavirer…! Voire…! Car en réalité, la période actuelle s’est installée dans des perspectives que ce micro-organisme nocif ne fait qu’assombrir. L’impact d’un autre grain de sable de l’histoire est pourtant tout aussi sensible. Il n’est pas entré en action ces jours derniers, mais quand un premier ministre britannique a osé organiser un référendum sur la sortie de la Grande-Bretagne de UE. La réponse favorable à cette sortie, sans le moindre doute hors de tout pronostic, vient en revanche de trouver sa mise en oeuvre il n’y a que quelques jours. Avec une interrogation qui hante les esprits. Et si cette sortie se traduisant par du négatif pour l’Europe…? Mauvais si les sujets de sa Gracieuse Majesté réussissent leur pari d’un UK renaissant très dynamique (de quoi donner des envies à d’autres, et fissurer définitivement l’Union du Vieux Continent). Mauvais s’ils plongent dans le désastre économique redouté par quelques analystes (personne ne peut se réjouir d’un outre-Manche en perdition économique).

Et voilà un coronavirus qui entre dans le jeu sans prévenir. Pour l’heure non maîtrisé, il ne lui a fallu que… quelques jours (en fait quelques semaines) pour mettre à mal l’avancée triomphante de l’Empire du Milieu. Si la bestiole est rapidement domptée, nous n’aurons qu’à digérer une belle frayeur, en nous promettant de la raconter plus tard aux petits enfants. Dans le cas contraire, nous voilà mal partis. C’est dans cette preuve « par l’absurde » que le jeu de la Chine dans les rouages de l’économie mondiale apparaît au grand jour, non pour les habitués du business, mais pour les populations au sens le plus large. Bourses qui dévissent, cours des matières premières (dont l’or noir) qui s’effritent, marchés qui, en attendant mieux, se mettent sur pause… Et s’il n’y avait que (déjà) tout ça…!

Dans ce contexte, des mésaventures graves prennent encore plus d’acuité. Exemple, avec ses quelques centaines de 737-Max cloués au sol, Boeing ne subit pas seulement des pertes abyssales. L’avionneur américain met en déséquilibre bon nombre de ses fournisseurs qui, parallèlement, voient aussi se neutraliser des marchés, dont certains vers la Chine, qui auraient pu compenser les conséquences de ce pépin industriel majeur. Impossible de citer tout ce qui peut être entraîné dans cette chute façon jeu de dominos, qu’il n’est plus possible d’éviter totalement. Il ne manquerait plus que le Laki s’en mêle. Vous ne connaissez pas ce géant menaçant…? C’est l’une des plus imposantes structures volcaniques islandaises, celle qui, en 1783, a plongé une vaste partie de l’Europe (régions françaises incluses) dans un hiver prolongé (y compris en plein été), avec nuages meurtriers de particules, anéantissement des récoltes… De nombreux volcanologues estiment que cette menace des entrailles de la planète, qui entre en éruption environ tous les 200 ans, ne peut pas ne pas se réveiller tôt ou tard… Heureusement, on a interdit les cotons tiges. Grande sagesse écologiste…!

Source DVSM

A voir

AUTONOMY, le salon international des solutions de mobilité durable se tiendra les 4 & 5 novembre prochains, en format 100% digital

Le plus grand salon international des solutions de mobilité durable pour les professionnels...