Accueil / Actualité / Contre Airbnb, les hôteliers prônent la délation

Contre Airbnb, les hôteliers prônent la délation

Si l’on en croit Philippe Villin, propriétaire des hôtels Libertel et membre de l’Association pour un Hébergement et un Tourisme Professionnels (ATHOP) interrogé par la radio RTL, la plupart des règlements de copropriété prohibent la location saisonnière. Philippe Villin invite donc les habitants des immeubles excédés par les troubles causées par cette activité à relire la charte de leur bâtiment et de dénoncer les propriétaires qui se livrent à cette activité. Et pour en rajouter une petite louche, le patron de Libertel prévient que si rien est fait pour mettre bon ordre à cette anarchie, il arrivera qu’un jour un immeuble explose parce qu’un locataire Airbnb aura tripoté une chaudière à gaz. Rien que ça. Bien entendu, un tel incident serait impossible dans un hôtel géré par un personnel et compétent au fait des problèmes de sécurité.

Soutenu par l’ATHP qui revendique 3000 adhérents, M Villin a donc lancé une campagne contre la location saisonnière baptisée ‘’Pas d’hôtel clandestin dans mon immeuble’’. La colère de l’ADHOP est d’autant plus motivée que pendant que les hôteliers souffrent d’une baisse importante de la fréquentation touristique, les plateformes de location saisonnière battent tous les records d’occupation. Sur Paris, on dénombre en permanence 6000 appartements à louer sur Airbnb. Et selon les propres données de la plateforme, Paris est la ville ‘’la plus visitée au monde par les touristes Airbnb’’.  Les hôteliers, Philippe Villin en tête font donc feu de tout bois contre cette concurrence jugée déloyale. Et si les délateurs ne sont pas assez actifs, l’ATHOP menace de lancer des actions judiciaires contre certains propriétaires.

Pourtant, les derniers chiffres parlent d’eux-mêmes : un loueur français gagne en moyenne chaque année 2100 euros en louant sa maison ou son appartement. Autre problème, les règlements de copropriété ne traitent pas spécifiquement de la location saisonnière mais peuvent prohiber des activités commerciales dans les immeubles. Autrement dit, il peut arriver qu’une personne en profession libérale exerce son métier dans des conditions pourtant interdites.

air-2-

 

Enregistrer

A voir

souq-1-

Le client arabe suscite les convoitises

Qui sera le nouveau propriétaire de Souq.com ?