Accueil / Actualité / Coronavirus, c’est grave, « Docteurs »…? Santé, rayons, conso, c’est net, tout est flou…

Coronavirus, c’est grave, « Docteurs »…? Santé, rayons, conso, c’est net, tout est flou…

Terrain : visibilité nulle. Plus de 6 mois après l’apparition de la pandémie, la sensation d’une immense plage dans les estimations d’experts subsiste, allant du phénomène quasi bénin à la catastrophe universelle.

 DVSM, 26 août 2020. Tout tourne autour de cette équation aux inconnues innombrables. Les certitudes affirmées de spécialistes qui ne cessent de se contredire alimentent non seulement les inquiétudes d’ordre purement médical, mais les incertitudes et donc les choix sur le plan économique. La rentrée s’annonce d’une manière fort différente de ce qui était imaginé au début de l’été. Alors que fin juin, la contagion semblait s’estomper, la perspective de rentrée la plus communément partagée était celle d’un début septembre revenu à une situation presque normale. Seule ombre au tableau, l’hypothèse d’une résurgence était évoquée pour l’horizon de novembre et le début d’hiver, « à la saison classique des rhino-pharyngites, des grippes et des gastros ».

Comme dans un scénario à la Lelouch (« les choses ne se passent jamais comme on croit qu’elles de passeront »), cette rentrée arrive finalement dans un contexte de retour de l’épidémie au niveau international. Et comme aux premières heures, c’est à nouveau une cacophonie d’ampleur symphonique qui résonne. Des avis de spécialistes ne voyant pas de seconde vague se développer s’opposent aux avertissements d’autres experts, allant jusqu’à évoquer avec des pincettes de possibles mesures de reconfinement, au cas où… Et bien sûr, plutôt localisées (pour rassurer…). Une plage de convictions qui est immense, tout comme celle des recommandations à propos de ce qu’il faudrait faire, dont le port du masque, bientôt imposé, comme le dirait peut-être un célèbre dirigeant russe, « jusque dans les chiottes », mais parfois aussi jugé sans grand intérêt. Toutes les variantes se propagent, non sans se heurter à un impératif collectivement et solidement partagé. Il faudrait absolument maintenir tout ce qui peut conduire à une restauration de l’activité économique, et donc de la consommation.

Message subliminal qui ne manque pas de nourrir chez les professionnels de la distribution une avalanche d’interrogations. Avec en prime une question venue subitement bousculer toutes les autres. Ce plan de relance, préparé affirme-t-on depuis des semaines, presque des mois, n’est finalement pas… finalisé. On l’attendait hier, Sœur Anne, vous dites la semaine prochaine, sans doute. Ce qui signifie probablement des arbitrages de dernières minutes, prises à la hâte, sur des coins de bureaux. Avec ce genre de performances, plus d’un chef de secteur se verrait indiquer la porte de sortie la plus proche. Un constat s’impose aux derniers jours du mois le plus estival de l’année, la rentrée s’envisage selon une tonalité diamétralement opposée à toutes les prévisions. On avait connu des « back to school » plus sereins.

Source DVSM

A voir

Mètres carrès: la Belgique bat la France 10 à 8…! À quand la mesure des incohérences…?

La Belgique relâche un peu son commerce aujourd'hui et montre qu'au petit jeu des distanciations....