Accueil / Actualité / Covid et méchant virus : l’histoire d’O va-t-elle tourner au pataquès bien emmêlé…?

Covid et méchant virus : l’histoire d’O va-t-elle tourner au pataquès bien emmêlé…?

Cédric O, notre jeune ministre du numérique, grimpe en notoriété internationale. Ce pour une raison dont il se serait passé, le raté monumental de l’application StopCovid. Qui pourrait ne pas se limiter à une simple histoire…

DVSM, 12 octobre 2020. Il peut arriver que s’abstenir soit la meilleure attitude possible face à certaines idées. La France, inconsolable de ne pas réussir à reconquérir le rang de première puissance économique mondiale qu’elle avait conquis durant le règne du roi soleil, Louis XIV pour les intimes, a trop souvent tendance à croire que l’industrie, serait-elle celle des logiciels, ne sert qu’à pousser de puissants cocoricos. Sûre de sa capacité à aller chatouiller les GAFAS là ou ça ne les aurait pas fait rire, elle a engagé la création, et finance le vécu de cette application de traçage ayant pour objectif de limiter les contaminations. Pas de chance, bien peu de nos citoyens ont pris le temps de télécharger et installer sur leurs smartphones cette appli gratuite.

Au-delà des Vosges, nos amis allemands, par leur presse quotidienne, ne peuvent réprimer un petit sourire. Pour tout dire, sans méchanceté, ils pouffent…! Eux qui ont massivement adopté leur appli à eux. Ils sont agaçants, ces voisins qui rappellent aux élèves médiocres ou nonchalants l’irritation que leur provoquait ces premiers au classement général, toujours en train de réussir ce qu’ils tentaient. Ils font une relance, ça marche. Ils fabriquent des autos, elles se vendent dans le monde entier. Encore heureux qu’ils ne se soient pas aperçus que nos résultats dans le pistage des contaminations s’avère nettement plus efficace par l’examen méticuleux des eaux usées, eux qui n’hésitent pas à nous mettre le nez dans notre… comment dire… enfin, on se comprend.

Mais au-delà de l’amour propre, il serait intéressant de savoir pourquoi ce flop s’est produit. Ne serait-il pas l’indice révélant une crédibilité microscopique dans ce genre de solution, et dans son prolongement, d’un regard qui reste finalement assez éloigné de toutes ces choses numériques, dont l’intérêt majeur reste peut-être bloqué à la possibilité de regarder des films, de visionner de la vidéo et de télécharger de la musique sans bourse délier…? Comme rien n’est jamais totalement simple, ni totalement dissimulable, certains grands quotidiens d’outre-Rhin en profitent pour évoquer aussi, – de quoi se mêlent-ils ?- une possible bizarrerie de procédure, avec le développement de l’application qui, en hauts lieux, très hauts, aurait été attribuée, disent-ils, à un bénéficiaire sans passer par nos incontournables et obligatoires appels d’offres. O…! C’est quoi ce bug…?

Source DVSM

A voir

Le télétravail invite à repenser l ‘expérience collaborative au bureau

Enquête « L'impact de la crise sanitaire sur les environnements de travail » Plus de 3 000 salariés livrent leur expérience du télétravail...