Accueil / Actualité / Déception, les drones pourraient bien ne pas monter jusqu’au ciel…

Déception, les drones pourraient bien ne pas monter jusqu’au ciel…

Celui qui était l’un des derniers joujoux à la mode et une vente soutenue depuis plusieurs années semble marquer le pas. Mais ne fallait-il pas s’y attendre…?

 DVSM, octobre 2018. – Plus de 400.000 drones (grand public) avaient été vendus en 2017. Une belle performance mais qui, en ce début d’automne 2018, se transforme en une farandole de questions, avec une interrogation qui semble désormais vouloir dominer les autres: un drone, pour quoi faire…? Une situation qui découle en droite ligne des dernières statistiques qui font état d’une première moitié de l’année en quasi stabilisation, à 2%* seulement de progression.  Mauvaise pioche puisque, de saison en saison, les offres se sont multipliées. Davantage de produits proposés sur un marché qui fait du sur-place aboutit inéluctablement à des tassements chez la plupart des fournisseurs, fabricants ou importateurs. De quoi donner envie aux animateurs du segment, notamment dans les rayons, de rationaliser l’offre, ce qui, en français de tous les jours, se traduit par moins de modèles. Signe pour tout chaland de possible chant du cygne pour un produit.

Les mois récents ont en outre été cruels pour cet objet volant aux utilisations multiples. Qui n’a en mémoire, suite aux initiatives stupides de certains contestataires envers les centrales nucléaires, du vent de réglementation qui a soufflé sur le créneau. Aïe…! Posséder un drone, et surtout, s’en servir, est subitement devenu un comportement discutable, et peut-être appelé à relever à moyen terme de règles de plus en plus restrictives. A cela, il faut ajouter un aspect assez brouillon dans le marketing du sujet. Au point qu’à force de les mélanger, les buts d’utilisation se brouillent.

Dans les intentions d’achat*, si des consommateurs souhaitent des autonomies de vol améliorées, des appareils de prise de vue de meilleure définition, un pilotage plus commode, beaucoup doutent de leur propension à acquérir un tel équipement tout simplement parce qu’ils ne sauraient pas quoi en faire. Il y a du pain sur la planche sur ce volet du marketing de l’offre. Il devient indispensable de mieux expliquer et susciter les usages. Sans quoi le drone risque d’amorcer une descente préoccupante.

* GfK

Source DVSM

A voir

N’existerait-il pas une certaine France de la flemme…?

D'éminents responsables politiques osent dire des choses qui fâchent...