Accueil / Actualité / Deloitte vante l’entreprise symphonique

Deloitte vante l’entreprise symphonique

La sixième édition de l’étude  » Tech Trends  » de Deloitte montre que l’année 2018 sera marquée par une nouvelle étape dans la transformation numérique des entreprises, avec le développement d’approches plus globales : l’entreprise symphonique.

« En 2017, sous la houlette de nouveaux pilotes de la transformation comme les Chief Digital Officer ou les Chief Data Officer, des programmes de migration vers le cloud, des stratégies digitales, des initiatives Big Data ont fleuri au sein des entreprises. Au fil des expérimentations, l’interdépendance entre les technologies et les programmes de transformation s’est révélée de plus en plus évidente. Pas d’analytics sans Big Data. Pas de Big Data sans une infrastructure cloud. En 2018, nous verrons émerger une entreprise qui saura créer une harmonie entre stratégie, technologies et opérations, une entreprise qui saura faire jouer en rythme les technologies stars pour écrire une nouvelle partition vers le succès » estime Sébastien Ropartz, Associé Conseil Technology Strategy & Architecture chez Deloitte.

Deloitte a identifié huit tendances essentielles :

1. Repenser son système d’information : de nouveaux modèles de prestations et de gouvernance

Face à une accélération du rythme des ruptures technologiques, les DSI doivent se concentrer sur la création d’un environnement dans lequel l’infrastructure est évolutive et dynamique et l’architecture, ouverte et extensible. La frontière entre les compétences métiers et SI devient plus floue au sein de l’entreprise, et les DSI doivent proposer un nouveau modèle de fonctionnement en réorganisant les compétences dans un modèle transverse.

2. La main d’œuvre virtuelle : vers de nouveaux modes de collaboration hommes/machines

A l’avenir, les humains et les machines travailleront ensemble dans un flux continu, chacun complétant les efforts de l’autre. Les solutions d’automatisation intelligente permettront d’augmenter la performance humaine en automatisant certaines tâches au sein d’une activité. Il s’agit de libérer du temps humain pour le réaffecter à la résolution de problèmes qui nécessitent de l’empathie, des qualités relationnelles et de l’intelligence émotionnelle.

3. Valorisation et souveraineté des données

Nous allons vers des technologies IA toujours plus performantes telles que le Machine et le Deep Learning. Certains cas d’usage basés sur l’IA sont assez matures, comme les modèles prédictifs et les conseillers experts cognitifs, tandis que d’autres sont plutôt futuristes comme les véhicules autonomes et l’intelligence artificielle générale. En 2020-2025, l’utilisation d’applications IA comme les chatbots, la vision par ordinateur et les robots intelligents devrait connaître un essor considérable.

4. Libérer le potentiel du digital en le plaçant au cœur des opérations métiers

L’Internet des Objets (IoT), la Robotic Process Automation (RPA), la blockchain et l’intelligence artificielle redéfinissent la chaîne logistique et les moyens de production. La blockchain permet d’assurer la traçabilité des produits et de certifier les transactions entre les acteurs de la chaîne logistique. Il est maintenant envisageable d’autoréguler les flux logistiques depuis les entrepôts des fournisseurs jusqu’aux points de livraison.

5. La réalité digitale : finis les prototypes, place à l’industrialisation

La révolution induite par la réalité virtuelle et la réalité augmentée entame une étape charnière de son développement. Les entreprises mettent en place des stratégies  » globales « en s’appuyant sur des cas d’usage innovants et des prototypes industriels. Une adoption de masse est imminente. Certains acteurs ont déjà commencé à établir de nouvelles règles de conception et de design et à acquérir des compétences clés, ouvrant ainsi le chemin vers une nouvelle ère : celle de la Digital Reality.

6. La blockchain est plurielle : sa généralisation est désormais envisageable

Selon Deloitte ‘’rien n’est encore joué pour une utilisation à grande échelle de la blockchain.’’ Les pionniers nouent des alliances pour imposer leurs modèles. Plusieurs technologies de blockchain existent et doivent être rendues interopérables. En outre, les développeurs doivent acquérir des connaissances approfondies sur une blockchain en particulier plutôt que de se disperser à se former sur de multiples technologies.

7. L’API : un levier stratégique pour la DSI comme pour les métiers

Les besoins croissants d’agilité, l’arrivée à maturité de standards et technologies d’intégration incitent de plus en plus d’organisations à développer une approche d’interfaces de programmation d’application (API) facilement interopérables et réutilisables. Ces API donnent une seconde vie à des systèmes obsolètes et permettent de développer de nouveaux usages ou services innovants, et contribuent à accélérer la concrétisation de grandes initiatives de transformation digitale.

8. Vers l’intelligence artificielle globale et l’informatique quantique

Dans un futur plus ou moins lointain, l’IA pourrait atteindre les capacités intellectuelles sociales et émotionnelles de l’être humain. Connue sous le nom d’intelligence artificielle générale (IAG), cette version avancée de l’IA pourrait raisonner dans l’incertitude, de prendre des décisions, de sentir et de communiquer naturellement.

L’informatique quantique n’en est qu’au stade expérimental mais elle constitue déjà une menace pour la cybersécurité Avec sa puissance de calcul, elle pourra déchiffrer n’importe quel système de cryptage classique en quelques secondes. Heureusement, ce jour-là est encore loin.

 

A voir

Le CES traverse l’Atlantique

Afin de marquer le lancement de MONDIAL.TECH, le MONDIAL - Paris Motor Show...