Accueil / Actualité / Dyson quitte la route…! Fini le rêve d’une auto électrique made in UK…

Dyson quitte la route…! Fini le rêve d’une auto électrique made in UK…

Mauvais présage pour Tesla…? L’inventeur de l’aspirateur qui révolutionne la poussière abandonne son projet dans l’automobile. Dommage, il ne dit pas réellement pourquoi…!

 DVSM, 11 octobre 2019. Dyson renonce. Comprenez « Monsieur James Dyson », le Steve Jobs de l’aspiration, qui avait développé un projet consistant à lancer une automobile électrique dès 2020, voire 2021. Bing, badaboum…! Il renonce, en expliquant qu’après avoir mené des recherches extraordinaires, développé un concept absolument sensationnel, tout s’arrête. Seule réelle justification: ce qui a été conçu est incompatible avec une mise sur le marché. Aïe…! Donc, pas si sensationnel que ça. Un simple « on a essayé, mais nous n’y sommes pas arrivés » aurait fait meilleur effet, mais probablement suite aux conseils prodigués par des experts de la communication, on ne frôle pas la notion d’échec, question d’image… Ce renoncement, qui en rappelle d’autre(s), dont celui d’Apple (lui aussi géré avec toutes les précautions de langage requises), met en lumière des difficultés industrielles qui s’ajoutent aux défis fondamentaux de l’électricité pour l’automobile.

A ce stade, se distinguent deux conditions, celles des « pure players », comme Tesla, et des grands groupes spécialistes de l’automobile. Le vrai défi des premiers se situe dans des automobiles inévitablement chères, et donc diffusées dans le segment du haut de gamme, avec des sacrifices en profitabilité. Pendant ce temps, parallèlement à la production de modèles « normaux » (essence et diesel, éventuellement hybrides) par millions, les constructeurs classiques (allemands, français, japonais, coréens…) peuvent d’une manière marginale développer, produire et vendre des véhicules électriques qui ne sont sans doute pas très profitables, mais nourrissent de connaissances et d’expérience les services de R&D, étoffent leur image, et préparent un éventuel futur avec accélération si besoin est.

Voilà pourquoi des observateurs sérieux, à mots couverts, croient à l’échec probable de Tesla, dont d’ailleurs tout le monde sait que les ressources financières ne sont pas au beau fixe. Quant à James Dyson, sans en dire plus à propos de cette impossibilité révélée, il change vite de sujet, en promettant des emplois dans son groupe à tous ceux qui travaillaient sur la fameuse automobile.

Source DVSM

A voir

Europe 1, la radio jadis ultra-leader victime logique d’une longue évolution…

Rien ne semble pouvoir stopper le lent recul de celle qui fut et de loin la première station de radio de l'Hexagone.