Accueil / Actualité / Ecoute musicale: radio et smartphone se disputent âprement la pole position

Ecoute musicale: radio et smartphone se disputent âprement la pole position

La radio s’accroche et reste en tête d’un infinitésimal écart, le smartphone la menaçant. Dindon de cette face, l’enceinte connectée. Alexa, tu t’laisses aller…!

– DVSM, 24 février 2020. Avec leurs écouteurs avec ou sans fil, on ne voit plus qu’eux. Ils écoutent. De la musique, certes, mais selon la méthode de maintenant, smartphone à la main, dans le sac, dans la poche, bref, avec rien d’autre. Le baladeur est dans un tiroir, ou même déjà parti dans un bac de recyclage. Au point que l’on supposerait cette forme d’écoute devenue majoritaire. Erreur. On ne détrône pas une méthode plus que séculaire. Dans ses premières heures, la TSF n’en finissait plus d’offrir à ses encore assez rares auditeurs des Radio-Concerts. Il reste que la submersion est proche. Mais pas achevée. Voici la preuve.

En parts de la durée d’écoute en 2019, les équipements se partageaient le gâteau de la manière suivante*.

Il faut cependant apporter une nuance dans l’utilisation des adjectifs. Si l’on évoque seulement la portabilité, il n’y a rien à changer dans cette approche. En revanche, si la notion de mobilité entre en jeu, il faut alors tenir compte dans la part de cette « radio » du récepteur qui est dans l’auto, lieu d’écoute extrêmement utilisé. Ce qui ne simplifie pas le calage des statistiques, puisque l’autoradio est largement devenu « Bluetooth », permettant la diffusion de ce qui est stocké dans le smartphone. Mais à côté de ces valeurs qui sont conformes aux idées que l’on peut se faire sur ce sujet, l’enceinte connectée, si haut placée dans la hiérarchie des produits en vogue, ne répond visiblement pas aux attentes d’un public aussi large que certains acteurs du numérique croient pouvoir l’affiler.

* Source IFPI

Source DVSM

A voir

Crises majeures, faudrait-il inventer un statut d’hibernation pour les entreprises…?

Comme dans un jeu vidéo, ne pourrait-on imaginer une manière juridiquement encadrée d'appuyer sur "pause" quand tout ou presque doit s'arrêter...?