Accueil / Actualité / Electronique, une bien petite forme se confirme sur tous fronts…

Electronique, une bien petite forme se confirme sur tous fronts…

L’électronique pour tous, au niveau mondial, se cantonne dans une stabilité à la limite du précaire. Il est loin, le temps où innovation rimait avec progression. A qui la faute…?

 DVSM, 2 mai 2019. Parallèlement aux préparatifs du salon de Berlin, l’IFA 2019, les chiffres et constats se consolident et se propagent. En laissant l’optimisme au vestiaire. L’origine de cette stagnation est double. D’une part, démographie et taux d’équipements s’unissent pour ralentir tous les élans. Même le smartphone, qui fut salvateur pour le business durant les années récentes, voit sa somnolence se confirmer. En 2017, la planète en avait absorbé environ 1,5 milliard d’unités*. En 2018, 50 millions de pièces manquent à un score qui devrait encore s’émousser en 2019. Consolation, sous les effets de la bataille entre Apple, Huawei et Samsung (les autres sont « dans les choux »…), le prix unitaire de vente aux consommateurs se bonifie (323 euros*). Même Apple est dans la tendance négative, Tim Cook venant de plaider avec ardeur face aux actionnaires de la firme californienne pour les services liés à l’iPhone, qui représentent 16% de ses recettes et, bonne pioche, font « du plus », comme le dit tout businessman avisé. Certes, les consommateurs sous tous les horizons hésitent face aux produits les plus récents et donc les plus chers. Mais c’est surtout la cadence plus mesurée du renouvellement qui engendre le ralentissement des ventes. Trop souvent changer, comme la mode masculine actuelle, c’est devenu la barbe…!

Autre mastodonte du segment de l’électronique, le téléviseur est lui aussi en train de flancher. Pour des raisons comparables. Chacun a le sien, et les nouveaux modèles, certes charmeurs avec leurs beaux écrans et leurs définitions de plus en plus hautes, ne motivent pas les utilisateurs pour renouveler aussi vite qu’il y a quelques années. Il est peu probable que les 214 millions de pièces diffusées sur terre lors de l’exercice 2018 soient à nouveau atteints. Une montée en prix moyen est cependant observée, attribuée à l’attrait du haut de gamme par les analystes, ce qui demande à être démontré. Car en réalité, c’est surtout la taille moyenne des produits vendus qui progresse. En moins de 5 ans, elle est passée de 38 à 43 pouces.

Moins mise en avant, la structure même de l’offre pour l’industrie et, par ricochet, la distribution, s’est fortement réduite. De nombreuses fonctions ont migré vers des services en ligne. En France, par exemple, on se rappelle que des succès de contenus pouvaient stimuler des ventes d’équipements. En 1998, la victoire des Bleus au Mondial de football avait à l’automne entraîné des ventes de cassettes vidéo et de DVD permettant de revoir des rencontres que l’on peut visionner désormais en « replay » (vision en différé) ou en « streaming » (flux permanent en ligne). Un succès du cinéma n’avait pas son pareil pour dynamiser la vente en premier équipement ou en renouvellement de maillons, tels que magnétoscope ou lecteurs DVD ou Blu-Ray. Les professionnels dans les rayons se rappellent probablement de l’influence de succès comme celui du film « Les Choristes »… Sur le registre de l’image, la prise de vue en photo comme en vidéo est désormais largement tombée dans l’escarcelle du smartphone, ne laissant que des miettes aux caméscopes et aux appareils photo. Il y a peu de chances de voir les tendances s’inverser à court terme… Ce fut le bon temps…!

* Données selon GfK Global, stats diffusées dans le sillage de la présentation de l’IFA 2019.

Source DSVM

A voir

La formule séduisante de Fujifilm, « fromage et dessert » …!

Voici une nouvelle version de l'appareil photo compact qui ne fait pas que du tirage papier instantané…