Accueil / Actualité / Encore une vive montée d’adrénaline pour le logo Carrefour…

Encore une vive montée d’adrénaline pour le logo Carrefour…

Les événements qui frappent l’enseigne en Wallonie montrent que les soucis de la distribution sont souvent bien loin de se résumer à une stratégie d’ensemble, jugée pertinente ou non.

DVSM-Octobre 2018 – Belgique, Carrefour Market. En cette belle journée d’automne, les clients sont déçus. Tous les magasins exploités par le groupe de distribution Mestdagh sont fermés, en grève. Le souci est vite résumé. Confrontés à une concurrence assez musclée notamment de la part de spécialistes du hard discount, les responsables ont fait leurs comptes. Ou bien ils répondent en termes concurrentiels, ce qui impose des méthodes de travail comme celles en vigueur par exemple chez Lidl*, ou bien ils baissent définitivement le rideau de fer.

Entre 300 et 400 suppressions de postes sont dans la balance. Les scènes classiques envahissent le regard, avec des syndicalistes qui font croire aux collaborateurs que tout emploi est éternel et immunisé contre les effets de la concurrence, et des chalands qui pensaient venir faire leurs courses et vont devoir trouver une autre solution.

Un conflit qui se produit paradoxalement au moment où le groupe publie des résultats intermédiaires encourageants. Voilà qui rappelle aussi que sur le Vieux Continent, pour la distribution comme pour de nombreux autres sujets, bien des paramètres présentent des profils différents, parfois diamétralement opposés. Ajoutons que ces turbulences, qui n’en sont pas à leurs premiers symptômes, se produisent dans une Belgique en pleine effervescence électorale (il n’y a pas que l’Allemagne dont les urnes animent les médias) avec, comme de coutume, des incidences qui peuvent parfois aller au-delà des stricts soucis de certaines entreprises.

* Grande polyvalence des effectifs, réduits au strict minimum.

Source DVSM

 

A voir

Pour l’écran de demain, la grande forme,c’est plié ( peut-être )….

Que peut-on inventer pour contrer le marché des smartphones bel et bien encalminé…?