Accueil / Actualité / Equipements connectés : difficile réveil, comme sous l’effet d’une sévère « gueule de bois »…

Equipements connectés : difficile réveil, comme sous l’effet d’une sévère « gueule de bois »…

Les « 30 glorieuses » des télécoms et des connexions numérisées sont terminées. Ce qui ne signifie pas la fin du marché, mais l’entrée irréversible dans une phase de routine.

DVSM, 8 juillet 2022. Trente ans…? Effectivement, le démarrage de la téléphonie mobile s’est concrétisé aux alentours de 1991-1992 (en particulier pour les GSM*), et cette épopée s’était prolongée sur fond de croissance permanente jusqu’à nos jours, d’abord avec les progrès de couverture géographique, puis l’évolution de la « simple » téléphonie aux mobiles intelligents, tandis que l’ordinateur gagnait sans cesse notamment en terme d’équipement domestique. Mais aujourd’hui, changement d’atmosphère. PC, smartphones, tablettes… tous dans le même bateau, sont encalminés dans le piège des taux d’équipement largement arrivés à saturation. Même le ton toujours enthousiaste de certains communiqués commence à se faire un peu décalé, comme ces optimismes un peu surjoués conservés par habitude, ou déni des réalités. Le trio des équipements de cette génération, PC, smartphones et tablettes, hautement complémentaires, avait culminé (tous chiffres selon la société Gartner) à 2,065 milliards de pièces en 2021. Il retomberai, selon les prévisions, à 1,9 milliard d’unités pour le millésime en cours, soit -7,6%. Après avoir porté un regard plus attentif sur les PC (à relire ici) notons que le creux de vague déjà constaté pour les smartphones se confirme. D’une diffusion mondiale en nombre de pièces de 1,567 milliard en 2021, le smartphones se replie à 1,456 milliard, soit -7,1%. Beaucoup moins diffusée, la tablette, dont le destin est et sera éternellement confronté au plus grand (ordinateur) ou plus petit (mobile) compagnon de route, avait atteint « seulement » 159 millions de pièces en 2021. Elle ne devrait pas dépasser 142 millions en 2022, soit -9%.

Il faut évidemment observer une prudence dans l’analyse. En effet, les pénuries de certains composants ont probablement une influence sur ces évolutions, sans qu’il soit possible d’en déterminer la véritable ampleur. Toutefois, les tendances sont bel et bien installées, et l’absence probable de réelles grandes nouveautés (et ruptures technologiques), de celles qui génèrent les relais de croissance escomptés tant par l’industrie que par la distribution, ne laisse guère place à un optimisme exagéré. En Chine, même les versions 5G essuient des revers, alors que l’ensemble du marché connaît par endroit des reflux assez impressionnants, décroissances à deux chiffres au menu.

* La téléphonie mobile non numérique avait pris son envol un peu avant, notamment aux USA

Source DVSM

A voir

Redevance et AV public : quand tout pourrait changer, mais que de fait, rien ne changera…

La suppression désormais hautement probable de la redevance, un vrai soulagement pour bien des économies de ménages, ne change en rien pour le fond, puisque c'est toujours le contribuable qui finance.