Accueil / Actualité / Événements : plus que jamais sous les incidences désastreuses des mesures anti Covid…

Événements : plus que jamais sous les incidences désastreuses des mesures anti Covid…

Alors que la saison s’avance, les organisateurs des multiples rendez-vous qui avaient été décalés à cause de la pandémie sont pour la plupart contraints de repousser à nouveau la tenue de leurs événements. 2022 devient l’horizon de tous les espoirs, mais les doigts se croisent…!

DVSM, 20 mars 2021. Le désespoir pourrait-il succéder à l’agacement…? Alors qu’une partie du pays découvre de nouvelles contraintes pour un supposé ralentissement de la circulation du virus, c’est une ombre de plus qui vient ternir les perspectives de pans immenses de la vie économique. Tout ce qui fait converger la moindre foule est banni. A Paris, le Salon du Livre a été la dernière exposition en date frappée par les conditions sanitaires, ayant finalement annulé sa session du présent millésime. Même sanction pour le Salon de l’Agriculture. Nous avions également souligné il y a peu le très déconcertant jet de l’éponge de Rétromobile (automobiles de collection), renonçant finalement à sa tenue, reportée de février 2021 à juin, pour donner rendez-vous finalement en février 2022. En Allemagne, même sort pour la célèbre et habituellement bouillante Foire de Hanovre. Anga Com, instant majeur pour le haut débit, se reporte en 2022, tentant pour l’heure la formule numérique pour cette saison (juin 2021).

Faisant preuve d’un optimisme au long cours, le rendez-vous hi-fi vidéo orienté hautes performancesHigh End Munich, annonce fièrement que côté exposants, il affiche déjà complet pour son édition reportée à la rentrée (9 au 12 septembre 2021). GamesCom, (jeu vidéo à Cologne) reste accroché à ses dates du mois d’août, mais se déroulera en une formule « hybride », avec du concret physique sous conditions extrêmement rigoureuses (pour les pros) et du dématérialisé pour le reste. Ayant reporté son édition de février 2021 au début de l’été, le MWC de Barcelone (télécoms) optera aussi pour un format « hybride ». L’IFA a annoncé depuis longtemps sa tenue en numérique. Alors que déjà, les organisations qui tablaient sur un maintien physique de leurs moments forts pour cet été commencent à douter.

Les dernières mesures venant d’être prises, en France pour 4 semaines (et des durées assez similaires dans d’autres pays), pouvant en outre être prolongées comme cela a été le cas pour d’autres confinements, reportent de fait tout retour à des conditions meilleures loin, loin, bien loin… S’engager, engager des exposants et mettre en action tout ce qui tourne autour d’une expo ou d’un salon (hôtellerie, transports, communication, relations médias, fabrications de stands…) est devenu extrêmement périlleux. Le mal frappe tous les domaines et sur tous les continents. Les responsables politiques essuient les plus redoutables critiques, parfois amplement méritées, alors que le vrai coupable, le virus, se planque derrière son invisibilité. Salopard…!

Pire, du côté des grandes épreuves sportives, les angoisses ne se dissimulent pas davantage. Par exemple, la nécessité toute récente de tronquer le programme de la course cycliste Paris-Nice a jeté une ombre sur le prochain Tour de France. Car si un tel avatar devait frapper la grande boucle, elle s’en trouverait fort désemparée. Hélas, le cyclisme ne peut pas compter que sur les retombées TV, comme d’autres sports supportant provisoirement des rencontres sans public. Les centaines de milliers de spectateurs qui se retrouvent le long des routes pour voir passer le maillot jaune et ses poursuivants sont des spectateurs venus pour un spectacle gratuit. Ce sont eux qui justifient la présence des sponsors et surtout de la célèbre caravane publicitaire*. Les éloigner n’est pas chose aisée et supprimerait en grande partie la justification pour une participation des marques. Qu’on le veuille ou non, et en dépit de la volonté « jurée crachée » des organisateurs des JO de Tokyo (déjà reportés d’un an), la tenue de ces olympiades reste l’objet d’une relative inquiétude. Globalement, certains salons ou épreuves sportives côtoient de très près la menace d’un naufrage définitif, séquelle de ces disparitions partielles et espérées éphémères.

* Caravane qui, pour les firmes participantes, ressemble un peu à une sorte de salon itinérant, avec visibilité pour le public tout le long du parcours, et actions relationnelles et « incentives » chaque matin dans les villes étapes, au « Village ».

Source DVSM

 

A voir

Tape à l’oeil fait le choix de Snowflake pour prendre des décisions basées sur les données

L’enseigne spécialisée dans le textile s’est appuyée sur Snowflake pour créer une base de connaissances unique......