Accueil / Actualité / Face à trop de chaleur, Microsoft opte pour des refroidisseurs liquides…

Face à trop de chaleur, Microsoft opte pour des refroidisseurs liquides…

Les circuits des centres d’archivage de données chauffent de plus en plus. Le refroidissement par air est à bout de souffle. Le nouveau choix technique coule de source.

 DVSM, 8 avril 2021. Ce pallier technique n’a rien d’anodin. Il correspond à un franchissement majeur, qui n’est pas sans soulever des questions pour un certain futur. Pour traiter de plus en plus de données, les composants, toujours conçus selon une accumulation croissante de « transistors », ont depuis des décennies été miniaturisés, et à présent, leurs structures en arrivent à un calibre quasi identique à celui des atomes. Une barrière infranchissable semble donc s’opposer désormais à la poursuite de cette loi de Moore qui régit depuis l’avènement de l’informatique la progression constante des capacités de traitement de données. La solution pour ne pas stopper une si belle escalade réside dans l’accélération des processus. Faire se déplacer plus vite et plus vite encore les flux conduits dans les entrailles au silicium des semi-conducteurs. Ce qui a pour contrepartie l’inconvénient de faire chauffer ces circuits. (Bien qu’invisibles, les flux d’électrons sont bel et bien des phénomènes purement physiques, avec des « frottements » plus intenses quand leur vitesse grandit, générant un effet Joule plus intense, comme celui que l’on peut observer et ressentir en se frottant les mains de plus en plus vite). 

Microsoft passe ainsi au concret en équipant un premier des ses « datas centers » à un refroidissement liquide. Concrètement, ce type d’abaissement des émissions de chaleur exploite des fluides caloporteurs qui peuvent être portés à des températures très basses, et autorisent de cette manière une accélération des flux d’électrons. Cette initiative risque de réveiller des observateurs de « confession » écologique qui déjà, hurlent pour les consommations qu’ils estiment excessives de ces centres de sauvegarde. Ce même si l’ensemble de la panoplie numérique de la planète permet d’éviter d’avoir recours à de nombreux déplacements physiques des individus et des dossiers, source d’une économie considérable de consommation de ressources pétrolières en particulier. Il reste que cette solution liquide aura aussi ses limites, ce qui permet de s’interroger à propos d’un futur qui semble inévitable. Moore et ses prédictions se heurteront peut-être prochainement à une limite infranchissable…

– Il faut noter que les smartphones de la 5G tels qu’ils devraient se propager dans un proche avenir devraient aussi recourir à un mode de refroidissement du même principe. 

Source DVSM

Image Microsoft

A voir

Le rendez-vous du jeu Gamscom bat en retraite et se limite à son tour au virtuel…

Les discussions vont bon train chez les organisateurs de salons, et les conclusions puis décisions qui en découlent sont loin de faire l'unanimité.