Accueil / Actualité / Facebook, exploité par les Russes mais si proche de Clinton

Facebook, exploité par les Russes mais si proche de Clinton

Malgré ses dénégations, le Réseau n’est pas forcément exempt de reproches sur sa neutralité politique.

Zuckerberg a beau affirmé le contraire, Facebook a clairement pris parti pour Hillary Clinton contre Donald Trump lors des dernières élections présidentielles.  « Trump affirme que Facebook est contre lui. Les gauchistes disent le contraire, explique Mark Zuckerberg dans un post sur son mur. Les deux camps critiquent les idées et les publications qu’elles n’aiment pas. Voilà pourquoi nous édifions une plateforme égalitaire pour tous. »

La profession de foi est édifiante, mais il apparait aujourd’hui que les dirigeants de Facebook ont entretenu des liens étroits avec l’équipe de campagne d’Hillary Clinton. Zuckerberg a lui-même rencontré plusieurs fois John Podesta, le patron de la campagne démocrate.

Selon le media en ligne Washington Free Beacon (WFB), Facebook a aidé les équipes démocrates dans leur lutte contre les rumeurs et les fausses nouvelles propagées par leurs adversaires politiques.  Sheryl Sandberg, COO de Facebook a entretenu des contacts réguliers avec l’équipe démocrate. Associé de Zuckerberg au premier jour, Dustin Moskovitz a donné 20 millions de dollars à la campagne démocrate.

Dans un mail déniché par Wikileaks et retrouvé par le WFB, Teddy Goff en charge de la stratégie digitale de la campagne Clinton, reconnait avoir entretenu un partenariat discret avec Facebook et Apple aussi dès octobre 2014. Il s’agissait d’engranger des soutiens, de recruter des talents et des militants, de toucher des donateurs et de les impliquer dans des programmes pilotes.

Tim Cook et Mark Zuckerberg ont été rejoints par Eric Schmidt, le patron de Google, partie prenante dans la création de l’entreprise digitale The Groundwok, très impliquée dans la campagne d’Hillary Clinton.

mz

Enregistrer

A voir

keyboa-380

Le marché des PC prend une nouvelle claque

Le pire est que les opérations de promotion habituelles à cette époque de l’année, comme la rentrée des classes n’ont eu aucune influence sur le commerce.