Accueil / Actualité / Fibre: l’objectif de couverture en 2022 impossible…! Le virus pour mauvaise excuse…?

Fibre: l’objectif de couverture en 2022 impossible…! Le virus pour mauvaise excuse…?

La volonté de déployer en France la fibre pour tous à « l’horizon 2022 » était-elle un vœu pieux ? De subtiles  ombres se profilent du côté des tranchées, face aux pylônes, avec quelques explications un peu floues…

 DVSM, 29 juin 2020. On ne va pas connecter chaque individu deux fois. Et déjà, entre ADSL ou fibre et 4G, certains éléments se bousculent un peu. Ne mélangeons pas les problèmes d’argent (il y en a) à ce petit sujet, évitons les nervosités inutiles. Car voilà que viennent de surgir des exclamations de la part des organismes chargés de « fibrer » tous les Français. « Pas possible d’ici 2022« , entend-on proclamer avec un brin de référence à la crise du Covid19. Certes, la phase liée au coronavirus n’a pu que mettre des bâtons dans les roues des équipes. Un léger doute s’installe cependant lorsqu’en listant les arguments supposés justifier le retard, vient se glisser l’allusion à « 500.000 nouveaux foyers à raccorder » Ah oui ? Et d’un seul coup, par quel miracle ? Une mention qui entre dans le dossier selon lequel 2022, serait trop court, tandis que 2025 serait jouable, et alors que 3 millions de raccordements (au moins) resteraient à effectuer.

D’où sortent ces 500.000 foyers ? De nulle part, puisque selon les communiqués les plus officiels, « En un an, de mars 2019 à février 2020, en données brutes, 452 900 logements ont été autorisés à la construction. » (autrement dit, permis de construire accordés). Soit une augmentation de… 2%, seulement 700 de plus que l’année précédente. Il semble donc que le nombre de logements à équiper progresse très modérément, et dans un rythme qui ne pouvait qu’être anticipé par les professionnels du secteur. Du reste, si la période « virus » a ralenti les travaux de raccordement, elle aura sans doute aussi retardé les chantiers du bâtiment, et peu encouragé les engagements pour de nouveaux chantiers dans une conjoncture pour le moins perturbée.

Reviennent alors les doutes qu’en tant que fidèles à notre éternel et possible mauvais esprit. Il semble en effet difficile d’écarter des hésitations prudentes, à propos de la pertinence d’une telle implantation de la fibre alors que la 5G s’apprête à réaliser de la connexion à des débits comparables, sans rien à acheminer jusque chez l’abonné. Les pylônes pourraient suffire. Surtout en zones rurales, celles qui, justement, sont les moins rentables à équiper. La nécessité de se hâter « doucement » qui avait parfois accompagné la transition 3G-4G chez des opérateurs détournant le regard à son évocation est peut-être de retour. D’autant que des constellations satellitaires sont aussi en phase de tricotage, comme le rappellent les (déjà) 48.000 satellites d’un certain Elon Musk tournent déjà au-dessus de nos têtes. 

Source DVSM

A voir

6 mois après le début du Covid, des intervenants TV restent dans l’ombre

Faut-il voir dans ce symptôme inconfortable la révélation d'une absence désespérante de culture de l'image...?