Accueil / Actualité / Finalement les wearables ne se portent pas si mal

Finalement les wearables ne se portent pas si mal

Ce n’est pas parce que les montres connectées ne rencontrent pas leur public que tous les objets connectés portatifs, les wearables ne se vendent pas. Au contraire affirment les analystes d’IDC le secteur a prospéré de 25% l’an dernier. L’industrie a livré 102,4 millions d’objets l’an dernier, dont 33,9 sur le quatrième trimestre Noël aidant. A noter que les analystes ne distinguent plus entre les wearables intelligents capables d’intégrer des applications nouvelles ou tierces, et les objets basics, finalement suffisants. IDC explique cette augmentation par le renouvellement de l’offre. Pourtant, comparé au 1,5 milliard de smartphones vendus l’an dernier, c’est tout de même assez peu.

Apple aurait selon IDC vendu 11,6 millions d’Apple Watch (la marque ne communique ces chiffres) soit un bon dixième du marché.  « Au cours des derniers mois, WatchOS et Android Wear, ont pivoté vers les applications de fitness et de santé. Ce n’est pas un hasard, car cela a été le seul cas d’usage avec la moindre adhésion et la possibilité d’exécuter des applications tierces a été reléguée au second plan » commente IDC. Les utilisateurs réclament aujourd’hui trois grands types de fonctions : la prolongation du smartphones (SMS, alarmes…) la santé et le bien-être. Finalement, les consommateurs se portent donc sur les trackers et autres bracelets connectés propres à leur assurer ce type de fonctions, à moindre cout.

 

idc

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A voir

Autonomy_350

Les transports modernes reviennent bientôt

Le succès de la première édition incite les organisateurs à remettre le couvert.